habillage
premium 1
premium 1
Ils font Shifter l'époque
Arnaud Pagès - Le 18 mai 2020
Portrait de France Righenzi de Villers
© DR

Portrait de France Righenzi de Villers, directrice exécutive Enterprise Line of Business à Orange Business Services

Ingénieure en télécommunications diplômée de Telecom Sud Paris, France Righenzi de Villers a débuté sa carrière chez Orange en 1992 sur un métier d’ingénieur radio dans les équipes de conception des réseaux cellulaires mobile. Après avoir été vice-présidente de SOHO&SME Business Unit au sein de la Division Orange Business Services de 2013 à 2020, elle dirige désormais les équipes Enterprise Ligne of Business chez OBS, en relation étroite avec les équipes B2B des différents pays du Groupe Orange. Pour cette spécialiste des Télécom, les opérateurs du numérique ont un rôle central à jouer pour contribuer à la transformation écologique des individus et des entreprises.

L’ADN Le Shift est né d’une volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média : vous connecter à ces pôles d’énergie de l’époque, initier les rencontres, faire naître d’authentiques conversations, et créer des relations durables. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire mondiale, nous avons besoin plus que jamais de créer du lien, de nous rencontrer et de vous présenter celles et ceux qui pensent et font le monde de demain. C’est pour cette raison que nous avons souhaité publier, en cette période inédite, les portraits des premiers membres de L’ADN Le Shift. Un portrait, une rencontre.

 

Quelle est votre vision du changement ?

France Righenzi de Villers : Il y a deux sujets qui m’intéressent fondamentalement et qui font partie de mes réflexions quotidiennes. L'étude du comportement social des individus entre eux et des individus dans leur environnement. Ethnologie et Ecologie. Comment les groupes de personnes s'organisent-ils ? Comment ils interagissent entre eux ? Comment parvenir à une meilleure intégration de l'homme dans son environnement ? Peux-on redonner plus d’équilibre entre les espèces ? Je pense que la transformation est possible mais qu’elle doit être structurelle, en intégrant les individus, les États et les entreprises, pour devenir réelle. Les individus seuls doivent agir mais cela ne sera pas suffisant. C'est le système dans son ensemble qui doit évoluer. Pour ma part, j'essaye de contribuer au changement, même à une petite échelle, au sein de mon entreprise, et de ma vie quotidienne.

 

Que faites-vous pour y parvenir ?

F.R.V. : Aujourd'hui, mon rôle de directeur marketing est de contribuer à faire évoluer nos produits en lien avec les équipes de l’innovation, ainsi qu’à sélectionner des produits de partenaires. Dans ces responsabilités, je donne priorité aux fonctionnalités et solutions qui apportent des améliorations RSE à chaque fois que cela est « possible », et je stimule la prise en compte de ces améliorations. Je fais partie de groupes de travaux qui définissent les grandes orientations sur la conception des produits.

 

Quels sont les progrès notables en interne ?

F.R.V. : Un virage très important a été pris fin 2019 par le groupe Orange. En décembre dernier, la neutralité carbone a été affichée comme faisant partie des cinq priorités du Plan stratégique 2025, notamment avec des engagements forts pour la réduction de notre empreinte environnementale ainsi que des dates cibles pour y parvenir. Cela concerne toute l’entreprise Orange des réseaux aux produits.

 

Que faites-vous pour atteindre ces objectifs ?

F.R.V. : Les actions engagées par le groupe Orange concernent l’ensemble des activités du groupe dans les réseaux avec la réduction des consommations énergétiques, dans la conception des produits notamment avec les derniers lancements de la Livebox PRO éco-concue. Enfin, Orange adresse la question de l'utilisation responsable des réseaux pour éviter l'abus de consommation.

 

Qu'est-ce que la crise sanitaire va changer ?

F.R.V. : Paradoxalement, elle semble faire émerger des changements positifs. Nous avons assisté à une modification brutale de nos repères, un « ralentissement des horloges ». Nous étions tous et toutes partis sur l'idée qu'il fallait aller très vite tout le temps, plus vite tout le temps, et plus loin également. Là, le temps s'est presque arrêté, ce qui peut faire prendre conscience que notre rythme de fonctionnement n'est pas le bon. La deuxième observation qui me frappe, c'est qu'on a laissé la place à la nature avec moins de pollution, suite à l’arrêt des déplacements. En très peu de temps, nous avons considérablement diminué notre impact environnemental. Cette crise nous permet également de penser aux plus fragiles, aux personnes âgées, à ceux et celles qui ne sont pas suffisamment reconnus dans leurs activités quotidiennes. Cela nous permet aussi de repenser le rôle du numérique dans la société. Le télétravail a permis à de très nombreuses personnes de maintenir leur activité, mais a également mis en évidence la fracture numérique, qui avait été un peu oubliée. La crise devrait également générer un nouveau mode de fonctionnement dans l'entreprise. Quand les personnes travaillent ensemble dans la vraie vie, les choses avancent bien plus vite que quand on est tous chez soi. La présence physique dans l'entreprise est un vecteur de dynamique collective.

 

France Righenzi de Villers est membre de L’ADN Le Shift - le collectif des Nouveaux Mutants.
Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous êtes également un acteur du changement et vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

Arnaud Pagès - Le 18 mai 2020
À lire aussi
premium2
habillage