Planète mars

Planète Mars : des organismes auraient déclenché un changement climatique majeur et provoqué leur extinction

Une forme de vie aurait-elle pu prospérer sur Mars puis entraîner un changement climatique qui aurait causé sa disparition ? C'est l'hypothèse d'une équipe de chercheurs. (Cela vous rappelle quelque chose ? C'est normal.)

Selon une étude publiée dans la revue Nature Astronomy, des microbes se nourrissant d'hydrogène et excrétant du méthane auraient pu prospérer sur Mars il y a environ 3,7 milliards d'années. À la même période, des formes de vie primitives s'installent dans les océans de la Terre, créant progressivement un environnement propice à soutenir l'existence de formes de vie plus complexes. Or, c'est exactement l'inverse qui se serait produit sur Mars.

Et si la biosphère primitive de Mars avait eu un effet autodestructeur ?

Grâce à une modélisation climatique, une équipe de l'Institut de Biologie de l’École Normale Supérieure a découvert que, tandis que sur Terre le méthane produit par ces microbes avait conduit à un réchauffement progressif de la planète, le rejet du même gaz sur Mars aurait à l’inverse déclenché une période glaciaire, menant à l’extinction de l'espèce. « À cette époque, explique Boris Sauterey, coauteur de l'étude, le climat humide et chaud sur Mars permettait une forme de vie. Il y avait de l'eau liquide sous forme de rivières, des lacs et peut-être des océans à sa surface. Mais son atmosphère était assez différente de celle de la Terre. Elle était aussi dense, mais plus riche en dioxyde de carbone et en hydrogène, qui agissaient tous deux comme un puissant gaz à effet de serre. »

Étant plus éloignée du Soleil que la Terre et donc naturellement plus froide, la planète rouge reposait sur ces gaz à effet de serre pour maintenir une température propice à la vie. Toutefois, selon la modélisation de l'IBENS, l'impact de ces premiers microbes « gobeurs d'hydrogène et producteurs de méthane » aurait provoqué un ralentissement de l'effet de serre, rendant progressivement la planète rouge inhospitalière. La modélisation a ainsi révélé que la rupture de cet équilibre aurait abaissé la température de la planète sous les 70 degrés Fahrenheit, transformant l’eau en glace et poussant les microbes à se retirer dans les profondeurs de la croûte martienne (environ 1 kilomètre).

Y a-t-il toujours de la vie sur Mars ?

Pour valider leur hypothèse, l'équipe de l'IBENS aimerait déterminer si ces anciens organismes auraient pu se réfugier dans des « oasis d'habitabilité » dans la croûte martienne. « Des satellites ont déjà détecté des traces de méthane dans la mince atmosphère de Mars, mais il est actuellement impossible de dire si ce méthane est d'origine biologique », a déclaré Boris Sauterey.

Sauterey et son équipe ont identifié trois espaces où des traces de ces anciens microbes auraient pu survivre. Ces emplacements incluent le cratère Jezero, où le Rover Perseverance de la NASA recherche actuellement des échantillons de roche qui pourraient abriter des traces de cette vie ancienne. Deux plaines basses, Hellas Planitia (dans l'hémisphère sud) et Isidis Planitia (dans l'hémisphère nord) ont également été identifiées comme des « oasis d'habitabilité » potentielles.

La vie est-elle autodestructrice ?

Selon Boris Sauterey, ces découvertes suggèrent que : « la vie n'a peut-être pas de qualités inhérentes d'autosuffisance, comme certains biologistes le pensent sur Terre ». Toujours selon le chercheur : « Les ingrédients de la vie sont partout dans l'univers, il est donc possible que la vie apparaisse régulièrement dans celui-ci. Mais l'incapacité de la vie à maintenir des conditions habitables à la surface de la planète la fait disparaître très rapidement. Notre expérience va encore plus loin, car elle montre que même une biosphère très primitive peut avoir un effet complètement autodestructeur. »

premium2
commentaires

Participer à la conversation

  1. Benoist Fleury dit :

    Super mais sur la photo d'illustration c'est Jupiter 😉

  2. De Mars à Jupiter dit :

    Bonjour,
    Ne voudriez-vous pas mettre une image de Mars pour votre article sur cette planète, plutôt que Jupiter ? C'est voulu ou vous êtes à ce point à côté ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.