Glaces à l - effigie de milliardaires

« Manger les riches »  : des glaces à l'effigie de Musk, Bezos, Gates ou Zuckerberg

© MSCHF

La nouvelle campagne engagée du collectif artistique MSCHF dénonce le capitalisme en proposant des glaces à l'effigie des milliardaires pour « manger les riches » .

Après le soda à l’eau bénite, la police d’écriture qui allonge les textes, les faux appels FaceTime avec des célébrités et les célèbres Satan Shoes de Lil Nas X, le collectif artistique MSCHF revient avec un nouveau projet un peu fou baptisé « Eat the Rich » ( « mangez les riches » ).

Des glaces à l'effigie des milliardaires

Signe que la cote de popularité des ultra-riches n'est pas au beau fixe, le collectif MSCHF reprend le #EatTheRich, cri de ralliement de la mouvance anti-riches, comme slogan de sa nouvelle campagne. Au programme ? Une pause fraîcheur « anticapitaliste » . Ainsi, dès aujourd'hui et jusqu'au 13 juillet, les habitants de New York et Los Angeles peuvent commander une glace représentant le visage des milliardaires dans l'un des camions pop-up déployés pour l'occasion.

Les crèmes glacées baptisées « Mschfsicle » – pour MSCHF popsicle (glace) – sont disponibles dans 5 parfums :

Bite Bezos : Jeff Bezos, fondateur d'Amazon, dont la fortune personnelle est évaluée à 138 milliards de dollars.
Gobble Gates : Bill Gates, fondateur de Microsoft, 133 milliards de dollars.
Suck Zuck : Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, 62 milliards de dollars.
Munch Musk : Elon Musk, fondateur de SpaceX et PDG de Tesla, 62 milliards de dollars.
Snack on Jack : à l'effigie de Jack Ma, fondateur du groupe Alibaba, 26 milliards de dollars.

Le collectif MSCHF

Billets de loterie à gratter et à renifler, épisode de The Office recréé dans Slack, T-shirt patchwork des grandes marques du moment... Comme les précédents, ce 81ème projet de MSCHF ne sera disponible qu'en édition limitée.

Pour MSCHF (prononcer « mischief » , soit « espièglerie » en anglais), connu pour ses projets irrévérencieux, ce projet est l'occasion de pointer du doigt les dysfonctionnements de nos sociétés modernes. Et ça marche.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.