Visuel de Moebia

Moebia, un roman graphique illustré par une intelligence artificielle

© Moebia - studio u2p050

Paru cet été, Moebia est un roman de 70 pages dont les visuels ont été entièrement réalisés à partir d'un algorithme d'intelligence artificielle.

Moebia est un roman graphique d’anticipation à l'esthétique inspirée de l'univers du dessinateur Moebius et mettant en scène un petit groupe de formes vivantes débarquant sur une planète Terre d’où l’Humain a disparu. Réalisé par le studio de création français u2p050, ce roman s'inscrit dans une réflexion plus globale des auteurs autour du thème de la « numérisation croissante du monde et des impacts du numérique sur le plan philosophique ».

Le text to pic, un aller-simple du texte vers l’image

Les 70 pages du livre ont été adaptées en dessins à partir de la technique du text to pic. Celle-ci permet de traduire en images un texte donné par le biais d’un algorithme d’intelligence artificielle. L'équipe s'est appuyée sur l'algorithme VQ-Gan conçu en 2020 par un trio de chercheurs de l’université d’Heidelberg en Allemagne. Notons, qu'en fonction de la banque d’images qui lui est associée (Wikiart, Openimages, ImageNet, Coco, Faceshq, Sflckr), l’algorithme proposera des résultats différents. Pour Moebia, le studio de création a eu recours à une extension Google développée par la chercheuse Katherine Crowson, spécialiste en art génératif par l’IA.

Une coproduction homme-machine

Michel Nerval, chercheur en histoire de l’art, membre du studio d’art numérique u2p050 et coauteur de Moebia explique dans le podcast « La Science, CQFD » : « C’est un procédé très addictif qui repose sur du feedback entre la machine et l’humain. Si l’image ne nous plaisait pas, nous rajoutions ou retirions un mot du texte. Inversement les images proposées par l'IA nous ont également amenés à apporter des modifications au texte original. (...) Les scorpions, par exemple, ne figuraient pas dans le récit originel ». Cet aspect collaboratif suffira-t-il à rassurer les artistes qui redoutent la disparition de leur métier ?

© Moebia - studio u2p050
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire