des robots travaillant comme concept artists

Comment les images générées par IA bouleversent déjà les métiers de la création ?

© David-Julien Rahmil via Dream Studio

En quelques mois, le marché des outils de création d’images assistée par IA a évolué à très grande vitesse. Certains se sont ouverts au grand public et sont en train de créer une petite révolution.

Sur Twitter, le designer indépendant Geoffrey Dorne s’est lancé dans une drôle d’expérimentation visuelle. Durant tout le mois d’août, il a illustré des articles de presse en utilisant l’outil de génération d’images assistée par l’intelligence artificielle Midjourney. Malicieusement intitulée IAFP, en référence à la célèbre agence de presse française, cette série d’images permet, d’après lui, d’illustrer des informations pour lesquelles il n’existe pas de photos ou de visuels. « Une fuite dans une centrale nucléaire, un lac avec une pollution invisible, ou bien un bélouga en train de mourir dans une rivière, on ne peut pas les prendre en photo directement », explique-t-il. « Du coup, l’IA me paraît intéressante pour montrer des choses que l’on ne pourrait pas montrer autrement. »

Pour obtenir ces résultats, Geoffrey utilise surtout les titres et les débuts des articles dans ses prompts (les phrases à partir desquelles les IA confectionnent une image). Plus le titre est poétique ou contient des jeux de mots, plus les résultats sont inattendus et intéressants. L’air de rien, il vient sans doute d’inventer un nouveau métier pour le monde de la presse : « illustrateur IA » .

Quand la synthèse d’image se généralise

Notre designer est loin d’être le seul à s’être emparé des outils de génération d’images ces derniers mois. Après la première vague d’I.Artistes qui ont contribué à la confection de ces générateurs, une nouvelle génération d’utilisateurs prend le relais. Durant le mois d’août, Steve Coulson, le directeur créatif et propriétaire de la plateforme d’aide à l’écriture Campfire et la photographe Kris Kashtanova ont tous les deux publié des webcomics générés avec Midjourney. Dans la presse aussi les choses ont bougé. Des médias comme The Atlantic ou bien Cosmopolitan ont généré leurs premières Unes illustrées avec Dall.E et MidJourney.

Pour comprendre cet engouement pour l’art généré par IA, il faut retourner quelques mois dans le passé. En avril 2022, le générateur d’image Dall.E créé par la firme Open A.I a excité les imaginations et créé bien des frustrations. Bien que commercialisé, cet outil est resté fermé au grand public. Seule une démo technique et limitée pouvait être testée sur le site craiyon.com. Depuis, les choses ont largement changé. De nouveaux concurrents open source et ouverts aux internautes sont apparus comme MidJourney et plus récemment Stable Diffusion.

Officiellement ouvert depuis le 18 août, MidJourney propose de la génération d’image en échange des abonnements de 10 ou 30 dollars par mois. De son côté, Stable Diffusion offre via son site Dream Studio plus de 1 000 créations d’images pour un peu moins de 12 euros. Mieux encore, les plus débrouillards peuvent faire tourner le code de cet outil directement sur un ordinateur, totalement gratuitement. Outre le fait que la génération d’image via Stable Diffusion semble plus rapide, les résultats s’approchent aussi de ce que peut donner Dall.E 2 qui reste encore à ce jour, une référence.

C'est une bonne situation ça, illustrateur I.A. ?

Cette extension de la génération d’images au plus grand nombre ne se fait toutefois pas sans questionnement. À la vue des premières couvertures de presse illustrées avec des images générées par IA, des artistes se sont demandé si l’outil ne va pas supplanter les photographes et les illustrateurs de presse.

De son côté, Geoffrey Dorne a déjà eu des retours positifs de la part de rédactions à qui il a emprunté les articles à illustrer. « Libération est curieux et plutôt agréablement surpris du résultat, indique-t-il. L’Obs m’a aussi écrit pour dire que c’était intéressant. J’ai eu aussi beaucoup de gens du milieu qui étaient catastrophés et voyaient déjà la mort de leur profession. Je pense que c’est une peur réflexe compréhensible, cependant je ne suis pas certain qu’une IA puisse rivaliser avec un illustrateur pro. L’humour ou la culture d’un illustrateur sur un sujet n’est pas encore quelque chose de remplaçable par une machine. Quant aux photographes, on les prend aussi pour leur regard qui est unique (sans compter que les IA fonctionnent avec des bases de données datées tandis que les photographes de presse travaillent sur des sujets d’actualités récents). L’illustration par IA va forcément se généraliser, mais ne tuera pas les autres formats visuels. »

L’avenir de la création artistique en question

Le monde des médias n'est pas le seul à s'interroger. Les concepts artists, chargés d'imaginer les mondes fantastiques dans les films et les séries commencent à se demander si leur métier ne va pas s'éteindre. Dans une vidéo publiée sur TikTok par le conférencier spécialisé en I.A., Gianluca Mauro, une artiste indique qu'elle voit déjà des entreprises privilégier des outils de génération d'image plutôt que de l'embaucher.

« On en rigole entre nous, mais j'ai déjà perdu deux jobs à cause de Midjourney, explique l'artiste. On m'encourage à apprendre rapidement à écrire des prompts et à devenir une spécialiste dans ce domaine. Ils ont raison mais ça me fait vraiment chier [...] La partie cool de notre travail est qu'il faut réfléchir. Il y a tellement de paramètres comme les couleurs, la lumière la composition... Ces outils font tout ça pour vous et vous le livrent tel quel. Il n'y a plus de réflexion. »

L'image qui illustre cet article a été générée par l'outil Dream Studio et représente des robots concept artists devant des tables à dessins.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire