Une humanoïde sur pattern métavers

Ms Tang Yu, la première IA nommée PDG

© PNGEgg et Pngtree

Cela semble tout droit sorti d'un film de science-fiction : NetDragon Websoft, société chinoise spécialisée dans le métavers, a récemment annoncé la nomination de son nouveau PDG. Son CV ? C'est un robot.

NetDragon Websoft, spécialisée dans les jeux vidéo et la création de communautés Internet, a surpris tout le monde en annonçant la nomination de sa nouvelle PDG, Ms Tang Yu : une femme robot humanoïde virtuelle alimentée par une IA.

Mon CEO est un robot

Ms Tang Yu, nommé PDG de la principale filiale de la société, Fujian NetDragon Websoft, devient ainsi la première femme robot au monde à occuper un poste de direction. En tant que PDG, Tang Yu qui sera à la tête du « département d'organisation et d'efficacité » sera chargée de superviser les opérations de la société évaluées à près de 10 milliards de dollars. « Tang Yu rationalisera le flux de processus, améliorera la qualité des tâches de travail et la vitesse d'exécution. Tang Yu servira également de hub de données en temps réel et d'outil analytique pour soutenir la prise de décision rationnelle dans les opérations quotidiennes, ainsi que pour permettre un système de gestion des risques plus efficace », a déclaré la société dans un communiqué.

L'IA l'avenir de l'entreprise ?

La nomination de Ms Tang Yu met en évidence la stratégie combinant « IA + management » de NetDragon Websoft et représente une étape majeure de la société vers une « organisation métaverse ». « À l'avenir, nous continuerons à développer nos algorithmes derrière Tang Yu pour construire un modèle de gestion ouvert, interactif et hautement transparent alors que nous nous transformons progressivement en une communauté de travail basée sur le métavers, ce qui nous permettra d'attirer une plus large base de talents dans le monde et nous mettre en position d'atteindre des objectifs plus ambitieux », a précisé Dr Dejian Liu, président de NetDragon.

La course au métavers est lancée

Le marché mondial du métavers, qui devrait atteindre 280 milliards de dollars d'ici 2025, suscite bien des convoitises. Si des acteurs historiques du Web comme Microsoft et Meta y consacrent de gros investissements, les entreprises chinoises ne comptent pas se laisser distancer. Plus tôt cette année, Alibaba (dont le fondateur Kack Ma avait déclaré en 2017 : « dans 30 ans, un robot fera probablement la couverture de Time Magazine en tant que meilleur PDG » ), a fait un premier pas dans le métavers en investissant 60 millions de dollars dans Nreal, une startup spécialisée dans la réalité augmentée. Dans cette course au métavers, on note également le rachat par ByteDance (société mère de TikTok) de PoliQ, une startup spécialisée dans la réalité virtuelle, ou encore le dépôt d'une demande de brevet pour des concerts virtuels par Tencent (géant du jeu vidéo et des réseaux sociaux).

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire