Femme dormant sur son bureau de travail, avec des post-it imitant les yeux ouverts

Sommeil : les Français veulent faire la sieste au boulot

© bymuratdeniz

Somnolence au travail, obésité, dépression, maladies cardiovasculaires, hypertension… La liste des effets secondaires associés au manque de sommeil est longue. Les Français ont-ils du coup envie de se coucher plus tôt ? Pas du tout.

Une enquête* sur notre rapport au sommeil confirme le désamour des Français pour les nuits longues. Elle dévoile aussi nos attitudes paradoxales, malgré une prise de conscience évidente.

Manque de sommeil, un mal qui progresse

Selon l'enquête, 72 % des Français reconnaissent avoir des problèmes de sommeil. Une tendance qui augmente de 17 % en 4 ans.

Qui dort mal travaille moins bien

Seuls 38 % des Français réaliseraient des nuits de 7 heures et plus. Par conséquent, 61 % des personnes interrogées auraient des nuits trop courtes par rapport aux nombres d'heures minimales recommandées pour une bonne récupération.

De plus, 55 % des personnes interrogées reconnaissent que le manque de sommeil entraîne une fatigue source d'erreurs durant leur journée de travail.

Coronasomnie : la pandémie accentue le problème

La « coronasomnie » (problèmes d'insomnie liés au coronavirus) est toujours présente : 59 % des sondés estiment être plus fatigués à cause de la pandémie. Au-delà des nuits, 55 % des personnes interrogées estiment que les évènements autour du coronavirus ont une influence négative sur leur énergie au travail (4 points de plus qu’en 2020).

Ce soir, je me couche tôt !  

Paradoxalement, si 88 % des Français sont convaincus qu’ils devraient dormir plus pour satisfaire leur besoin de sommeil, 61 % reconnaissent veiller trop tardivement et se coucher après 23 heures.

Les Français veulent faire la sieste au boulot

Puisqu’ils ont du mal à trouver le sommeil la nuit, les Français ont trouvé la solution : dormir au travail. 72 % d'entre entre eux seraient partants pour faire une sieste au boulot - à condition qu'elle soit incluse dans leur journée de travail. En effet, 83 % des sondés indiquent ne pas être prêts à finir plus tard pour bénéficier d’une sieste.


*Méthodologie : Enquête réalisée auprès de 1 002 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus par QAPA, solution digitale Adecco.

commentaires

Participer à la conversation

  1. lesage dit :

    pas faux bien évidemment cependant cette enquête met en évidence la contradiction entre 'j'ai besoin de dormir' (la nuit) et je souhaite compenser par une sieste au travail. L'envie de s'assoupir vers le milieu de journée est un phénomène physiologique indépendant de la dette de sommeil. La sieste n'a pas pour vocation de compenser une dette de sommeil (sauf pour les travailleurs de nuit). La réponse au manque de sommeil est donc d'adopter une hygiène de vie (en journée et la nuit) favorisant le sommeil récupérateur. https://www.performance-etmieux-etre.fr https://fr-fr.facebook.com/konbininews/videos/osez-faire-la-sieste-au-travail-le-speech-de-patrick-lesage/2496824060633854/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.