habillage
premium1
premium1
Une paire de pieds avec des chaussettes dans un lit
© BlackSalmon via GettyImages

Dormir à deux, mais sur Skype... la dernière trouvaille de la génération Z(zzz)

Le 9 janv. 2020

La génération Z réinvente les codes amoureux. À présent, elle bouscule la routine du sommeil à deux. Leur dernier truc ? Dormir ensemble... mais en visioconférence. 

On savait déjà que la nouvelle génération aimait l’amour à distance. Certains préfèrent même les idylles par smartphone interposé. Mais ce n’est pas parce que les jeunes vivent des télé-relations qu’ils sont prêts à renoncer à tous les codes traditionnels de la vie de couple.

Le lit conjugal, ce n'est pas nouveau mais cela ne date pas non plus d'une éternité ! Il a été longtemps réservé aux classes populaires pour des raisons financières pour finir par s'ériger en norme au XXe siècle. Aujourd’hui, la génération Z réinvente cette pratique grâce à la technologie. Dormir ensemble oui, mais en visioconférence. Via Skype ou Facetime, ils recréent la présence de l’être aimé sur l’oreiller d’à côté. 

Entre redéfinition de l’intimité et surveillance 3.0

Pour The Atlantic, la journaliste Kate Cray est allée à la rencontre de ces amoureux 3.0. Pour Kaci, 20 ans, dormir avec son petit ami Ryan via FaceTime est devenu un rituel central pour leur relation. Un impératif même. À tel point que lorsqu’elle rend visite à sa famille dans un endroit sans accès au wi-fi, elle prend soin de ne pas consommer ses données mobiles durant la journée pour les consommer pendant son sommeil.

Pour d’autres couples, ce nouvel usage du smartphone n’a rien de romantique. « Si je le vois, c’est qu’il n’est pas en train de me tromper », résume Krissy Celess. Elle pratique le sommeil par visioconférence lors des fréquents déplacements professionnels de son petit ami. Le FaceTime nocturne se transforme en outil de surveillance bien flippant.

Pour mieux dormir, dormons à distance ?

Dans un monde toujours plus rapide et connecté, le sommeil est au cœur de toutes nos préoccupations. On peut donc s’étonner de ce besoin d’hyperconnexion des couples à distance. Pour Jeff Hancock, professeur de communication à Stanford, la pratique permet surtout de signifier l’engagement mutuel des partenaires. Un signal de l’attention et du désir de consacrer son temps à l’autre, même si on le passe dans les bras de Morphée.

Mais quand 34 % des Français déclarent moins bien dormir en couple, le sommeil « ensemble mais à distance » pourrait aussi avoir des bénéfices pratiques. Oui, la méthode ne permet pas d’éviter les ronflements de son ou sa partenaire mais elle a au moins le mérite de supprimer la guerre des couettes. C’est déjà ça.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.