1. Accueil
  2. Nouveaux usages
  3. Études
  4. 1 Français sur 4 est prêt à partager son open space avec un robot

1 Français sur 4 est prêt à partager son open space avec un robot

R2D2
Introduction
Elon Musk n’arrête pas de nous mettre en garde contre ses dangers. Les Français ont-ils entendu l’appel du patron de Tesla à se méfier de l’intelligence artificielle ? Une étude menée par Opentext révèle ce qu’ils pensent des machines intelligentes et leurs applications en politique, au travail, dans les transports et dans la santé.

Le sondage réalisé par OpenText révèle que la population française est loin d’être enthousiaste vis-a-vis de l’intelligence artificielle. 15% des citoyens se disent prêts à accueillir cette technologie avec engouement. Certains ne se rendent même pas compte de ses applications dans notre quotidien : seulement 1 Français sur 3 se dit conscient d’avoir été en contact avec un intelligence non humaine au cours des 12 derniers mois.

Prêts à élire un Président-robot ?

Dans la ville de Tama au Japon, les électeurs avaient l’opportunité d’élire une intelligence artificielle à leur tête. C’est un humain qui a remporté la course mais la machine a tout de même fini à la troisième place. En France, 41% des citoyens pensent que l’intelligence artificielle entrera au gouvernement d’ici 5 ans. Et près d’un Français sur quatre estime qu’un robot intelligent pourrait prendre de meilleures décisions que les députés humains. Mais ils restent quand même 18% à penser que la technologie ne peut pas remplacer l’Homme et que les humains doivent rester maîtres en matière de décision. Un chiffre en baisse de 5 points par rapport à 2017.

Sans aller jusqu’à se faire gouverner par une machine, les Français voient surtout les machines intelligentes comme un moyen d’accélérer les procédures administratives. 20% d’entre eux pensent qu’une utilisation de l’intelligence artificielle par les services de l’Etat permettra de réduire les temps d’attente. La même proportion estime que la technologie allégera la gestion administrative et le remplissage de formulaire. 15% imaginent que cette technologie permettra de diminuer le taux d’erreurs.

Un robot au bureau

1 Français sur 4 est prêt à partager son open space avec un robot… À condition que celui-ci le décharge de ses tâches administratives. Depuis les débuts de la robotique, les humains ne craignent qu’une chose, que les machines les remplacent. Avec le développement des algorithmes et du deep learning, cette peur n’est plus l’apanage des professions ouvrières. En 2017, l’agence McCann Japan a confié la direction de la création d’un de ses campagnes à une intelligence artificielle. Toujours au Japon, un robot humanoïde pourrait remplacer un journaliste en chair et en os à la présentation du journal télévisé. Mais les Français semblent peu inquiets de se faire remplacer par une machine. Ils ne sont que 11% à penser que leur métier pourra être exercé par un automate dans moins de 5 ans et seulement 29% d’entre eux craignent de se faire remplacer par une intelligence artificielle. L’histoire de Flippy, le robot qui s’est fait virer d’un fast-food parce qu’il retournait les burgers trop lentement donne raison à ceux qui ne cèdent pas à la panique.

Se faire soigner par une IA

Alors qu’en Chine, un robot a obtenu son diplôme de médecine avec succès, 1 Français sur 3 est prêt à faire confiance à une intelligence artificielle pour un diagnostic de santé. 45% des sondés pensent d’ailleurs que la technologie peut leur permettre d’obtenir des diagnostics plus précis. Cependant, ils restent 20% à vouloir que l’évaluation soit confirmée par un médecin.

Les machines vont-elles prendre le volant ?

On nous avait promis des voitures volantes, mais nous sommes plus proches d’avoir des voitures qui roulent toutes seules. Cependant, les Français ne sont pas plus convaincus par les véhicules autonomes que par ceux qui volent. Seulement 1 sondé sur 10 imagine que les voitures sans chauffeur vont investir nos routes d’ici 5 ans. Ils sont plus nombreux (37%) à penser que ce sera le cas d’ici 10 à 15 ans. La même proportion est complètement sceptique et déclare que ces véhicules ne feront jamais partie de notre quotidien.

Malgré les récents accidents, 1 Français sur 3 affirme que les voitures autonomes rendraient les routes plus sures. Mais ils ne sont que 17% à s’imaginer à l’aise dans un véhicule sans chauffeur. Les industriels ont donc encore du chemin à faire avant de convaincre les Français de laisser le volant à une intelligence artificielle.


Méthodologie

Le sondage a été commandité par OpenText et réalisé via Google Survey dans 8 pays (France, Pays-Bas, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Etats-Unis, Canada, Australie). En France, le sondage a été réalisé auprès de 2 000 citoyens français de plus de 18 ans en janvier 2018.

Ajouter votre commentaire