habillage
premium1
premium1
une femme se tient la tete entre ses mains

L'intelligence artificielle nous entend-elle souffrir ?

Le 7 févr. 2018

Une IA est capable de déterminer si un patient est susceptible d’être malade. Pour ça, pas besoin de lui pomper ses data. Elle y parvient simplement en écoutant sa voix.

Notre voix serait-elle capable de nous trahir ? Ou plutôt de tout dire de notre personnalité, et de notre état de santé mental.

Les chercheurs d’un laboratoire spécialisé dans l’intelligence artificielle lié à IBM en sont convaincus.

En effet, l’analyse de la voix représenterait un levier puissant d’interprétation de nos émotions. À ce jour, quelques médecins expérimentés sont déjà en mesure de détecter avec clarté et précision les signes précurseurs d’une maladie mentale en tenant compte uniquement de la manière dont s’exprime un patient.

 

 

Pour épauler les praticiens, une équipe de chercheurs d’une unité d’IBM dédiée à la recherche en psychiatrie ont doté une IA de ressources (d’algorithmes) permettant d’identifier les traits ou tics de langages propres à certaines maladies mentales.

Pour le cas de la schizophrénie par exemple, la machine peut identifier des discours décousus ou des syntaxes jugées « pauvres ». L’outil a, par la suite, été perfectionné en intégrant d'autres paramètres. Les patients devaient retranscrire une histoire qu’ils venaient de lire. La machine était ensuite capable de mesurer la différence de perception entre les faits réels et les propos rapportés par le lecteur.

L'IA à l'aide des médecins

Le système, encore en phase de test, peut servir à des médecins cliniciens. Ces derniers peuvent être en mesure d’identifier préventivement certains patients potentiellement à risque. De même, l’analyse de l’audio ne rend pas obligatoire la présence physique d’un médecin aux côtés du patient. Celui-ci peut tout à fait enregistrer sa voix et l’envoyer au praticien, qui va ensuite traiter sa demande.
A terme, d’autres maladies pourraient être éventuellement décelées par ces mêmes techniques. La dépression est, par exemple, en tête des maux pouvant être anticipés, tout du moins analysés en amont. Des travaux sont aussi actuellement conduits pour identifier les maladies de Parkinson, Alzheimer ou d’autres maladies chroniques.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.