Des bébés sur fond rose avec le mot fake en plusieurs exemplaires

Aux États-Unis, les théories du complot antivax vérolent les apps de grossesse

Ces safe spaces où jeunes parents peuvent échanger sans filtre, sont aussi de hauts-lieux de diffusion de fake news autour de la vaccination. 

Twitter, WhatsApp et Facebook n’ont pas le monopole des fake news. Les théories du complot se diffusent aussi sur des applications plus confidentielles. C’est notamment le cas des applications What To Expect, Glow et Peanut, rapporte Le Washington Post. Des publications anti-vaccination sont particulièrement bien diffusées sur ces appli dédiées aux femmes enceintes et aux jeunes parents. 

Un livre pour enfant antivax

Sur l’application Glow, où l'on peut suivre ces jours de fertilité, les résultats de la recherche « vaccination » regroupent de nombreuses publications de parents dissuadant les autres de vacciner leurs enfants (contre le Covid, mais aussi l’hépatite, la rubéole…), et un lien vers un livre pour enfant intitulé « Vaccine-Free Me: A Trip to the Doctor » (Ne me vaccine pas : une visite chez le docteur), racontant l’histoire de Charlie, qui refuse d’être vacciné par son pédiatre. Dans la section discussion de What To Expect, qui regroupe 2 millions d’utilisateurs, on trouve des avis pour contourner les obligations vaccinales, des noms de médecins acceptant de contourner les vaccins obligatoires pour les jeunes enfants… 

Les applis pour jeunes parents particulièrement visées

Depuis le début de la pandémie, les grandes plateformes tentent de faire face à la prolifération de désinformation liée au Covid-19. C’est aussi le cas pour les applications plus confidentielles, qui ont encore moins de moyens pour modérer les échanges de leurs utilisateurs. Et les applis destinées aux jeunes parents, qui doivent faire face à d’importants changements, sont plus vulnérables, seraient particulièrement visées, explique Le Post

Aux États-Unis, le taux de femmes enceintes – pourtant sujettes à risques – vaccinées contre le Covid-19 reste assez faible (38 %), malgré les recommandations des autorités sanitaires. Il serait en partie freiné par la diffusion de fake news avançant des liens entre fausses couches et vaccination, ou infertilité et vaccination. 

Quand la modération fonctionne

Ces derniers mois, What To Expect a investi massivement dans la modération, conscient que la désinformation proliférait sur son appli depuis le début de la pandémie. Son équipe de modération opère désormais 24 heures sur 24, l’appli a également développé un détecteur de mot-clé pour repérer les publications évoquant les vaccins, puis elle a ajouté un nouveau motif de signalement baptisé « théorie du complot / désinformation ». Et le résultat serait déjà bien visible, rapporte le média américain. Fin novembre, aucune des 15 premières discussions du canal « vaccination » ne portait sur une théorie du complot, ni ne relayait de fausses informations. 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.