habillage
premium1
habillage
des cuillères en plastique fluo sur fond rose
© anilakkus via Getty Images

Plastique : on en ingère l'équivalent d'une carte de crédit (5g) par semaine

Le 3 mars 2020

Cette affirmation choc provient de l'Atlas du plastique. Sorti le 3 mars 2020 en France, ce rapport né d'une collaboration franco-allemande fait le point sur les causes et les effets de la prolifération des polymères synthétiques qui nous étouffent lentement, mais sûrement.

Avec plus de 9,2 milliards de tonnes de plastique produites dans le monde depuis 1950 et une planète qui suffoque sous le poids des emballages jetés au vent, on aurait pu espérer un virage à 180 degrés porté par des initiatives gouvernementales. Mais rassurez vous, le plastique va bien et a encore de beaux jours devant lui, merci pour lui.

Le point avec Zero Waste France, La Fabrique écologique, et la fondation berlinoise Heinrich Böll Stiftung.

On avale cinq grammes de plastique par semaine

Chaque année, 10 millions de tonnes de déchets plastiques (principalement des emballages), soit l’équivalent d’un camion toutes les minutes, finissent dans l’océan. Et sur la terre ferme, ce n'est pas beaucoup mieux... Le rapport estime que la pollution des sols par les déchets plastiques et les micro-plastiques pourrait être 4 à 23 fois plus élevée que la pollution des océans. Et en bonus, le plastique est même présent dans nos corps : chaque semaine, nous en ingérerions l’équivalent d’une carte de crédit (5g) par semaine.

Le rapport précise aussi que d'ici 2050 l’industrie du plastique aura rejeté environ 56 giga tonnes de CO2 dans l’atmosphère...

Autre mauvaise nouvelle : malgré une législation qui va dans le sens de la réduction des plastiques (d'ici juillet 2021, plus de le droit de faire circuler du plastique à usage unique), les entreprises traînent la patte et ne montrent pas de signe d'alignement.

Les coupables : « the evil list »

Pour Barbara Unmüssig, co-Présidente de la Fondation Heinrich Böll : « L'industrie pétrochimique affiche des objectifs clairs de croissance de la production de plastique pour les prochaines années. D'ailleurs, les banques continuent d'octroyer des prêts pour financer la construction d'infrastructures calibrés pour concevoir des packagings calqués sur les emballages actuels... » En cause : la (trop) grande facilité d'accès au pétrole et gaz de schiste bon marché... De même pour le secteur de l'agroalimentaire, qui focalise ses efforts sur la gestion et le recyclage des déchets au lieu de s'attaquer au problème à la source.

Pas facile de faire bouger les titans donc, d'autant plus que la plupart d'entre eux sont méconnus du grand public. Alors qu'il est facile de pointer du doigt des acteurs comme Danone, Nestlé ou Coca, d'autres multinationales restent plus confidentielles. « Leur contribution parait moins palpable quant à la pollution plastique, et pourtant...», déplore Jens Althoff, directeur du bureau parisien de la Fondation Heinrich Böll. Dow, Exxon Mobil, Basf, Eni, ou encore Ineos, entreprise de pétrochimie basée à Londres et plus gros pollueur plastique d'Europe, sont moins aisément identifiables comme coupables...

Et donc moins soumises aux pressions du public, comme cela avait été le cas pour Evian. (En juin 2019, une pétition publiée sur Change.org avait exigé le retrait des bouteilles petit format, dont la marque avait promis d'arrêter la production d'ici la fin de l'année.)

Aujourd'hui, entre recyclage, systèmes de consigne, et bioplastiques, les alternatives fleurissent. Toutefois, les associations restent sceptiques. Lucile Schmid, Vice-Présidente de La Fabrique Ecologique, affirme : « La réduction de la consommation et de la production de plastique est la seule solution viable à terme ».

A bon entendeur.

Laure Coromines - Le 3 mars 2020
À lire aussi
premium 2
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Incroyable chiffre ! En lien avec votre article, plasticienne engagée, j'ai sur la table à dessin une série sur la pollution des océans qui reprend l'esthétique des planches du 18ème siècle. Réalisée à partir de photographies de particules de plastiques trouvées sur des plages aux quatre coins du monde, un bol d'air en plein déconfinement ... ou pas !? On comprends d'où vient les 5 gr avalés ...

    Prenez le temps de découvrir ces dessins ⬇️
    https://1011-art.blogspot.com/p/ordre-du-monde.html