habillage
premium1
premium1
Gros plan du robot Pepper
© Alex Knight via Unsplash

64 % des salariés feraient plus confiance aux robots qu’à leur boss

Le 17 oct. 2019

Une étude d’Oracle et Future Workplace révèle que les travailleurs et travailleuses acceptent plutôt bien l’intelligence artificielle. La plupart feraient même davantage confiance à la technologie qu'à leur hiérarchie.

Il est fini le temps où les robots faisaient peur. C’est en tout cas ce que semble révéler l’étude « AI at Work » d’Oracle (un éditeur de logiciels) et Future Workplace (un cabinet d'étude) menée auprès de 8 370 salariés dans le monde. 53 % des personnes sondées se disent enthousiastes et optimistes à l’idée de travailler avec une intelligence artificielle. Et 64 % lui font même davantage confiance qu’à leur manager.

La moitié des répondants se sont déjà adressés à une IA plutôt qu’à leur chef pour demander conseil… Et 32 % pensent qu’un jour leur manager sera remplacé par un robot. Rassurant. 

Plus on utilise l’IA, plus on l’aime ?

Cette apparente bonne acceptation vient peut-être de l’accoutumance aux technologies, constate l’étude. L’intelligence artificielle fait désormais partie du quotidien de nombreux salariés. La progression de son utilisation est en effet impressionnante. 50 % disent l’utiliser sous une forme ou une autre dans le cadre de leur travail, contre 32 % l’an passé. Parmi les applications citées : collecter des données, répondre automatiquement aux clients, conseiller les salariés via un chatbot… Toutefois, la technologie ne progresse pas à la même vitesse partout. Les disparités géographiques restent importantes. En Inde et en Chine, près de 80 % des salariés disent se servir de l’IA. En France cette part chute à 30 %.

Généralement, ce sont dans les pays où l’IA est la plus prégnante que les salariés sont les plus enthousiastes, rapporte l’étude. 60% des travailleurs indiens et 56% des travailleurs chinois sont « enthousiasmés » par l’intelligence artificielle. La France est le pays le plus réticent vis-à-vis de la technologie : seulement 8 % des travailleurs en ont un avis positif. La corrélation : plus d’intelligence artificielle équivaut à une meilleure appréciation de la technologie, paraît toutefois un peu rapide. Aux États-Unis, 53 % des salariés disent utiliser l'IA, mais seuls 22 % en sont satisfaits. D’autres facteurs, politiques et culturels notamment, expliquent sans doute les disparités entre pays.

Les robots donnent de meilleures infos

Malgré leur mauvaise perception de l’IA, la majorité des salariés français (56 %) lui font davantage confiance qu’à leur manager. C’est dire le peu de crédit que les collaborateurs accordent à leur hiérarchie.

Parmi les tâches que les robots font mieux qu’un chef de chair et d'os selon les sondés : fournir des informations non-biaisés, gérer des plannings, résoudre des problèmes...

Pas étonnant que certains cadres soient au bout du rouleau.

POUR ALLER PLUS LOIN :

>Les robots ne nous remplaceront peut-être pas, mais ils nous démoralisent

>Perturbant : le Japonais qui envoie son androïde travailler à sa place nous parle du futur de l'emploi

>J'ai testé pour vous les concepts « sans humains »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.