Devs, la nouvelle série flippante sur la big tech qui vous fera oublier Black Mirror

Avec sa nouvelle série à mi chemin entre le thriller, la science-fiction et le conte philosophique, le scénariste-réalisateur Alex Garland nous plonge dans l’univers troublant de la Silicon Valley et de l’informatique quantique pour explorer la part sombre de la Big Tech.

Après les succès des films Ex Machina et Annihilation, l'auteur du roman La Plage invite les téléspectateurs dans un voyage inquiétant et lancinant au cœur d'une Silicon Valley pas si lointaine... 

Un thriller de science fiction ambiance seventies 

Brume vaporeuse, immeubles anciens et navettes de luxe : l'univers de Devs sera familier à tous ceux qui connaissant de près ou de loin la Silicon Valley et ses zones d'ombre.  

Le pitch : la jeune informaticienne Lily (Sonoya Mizuno) enquête sur Devs, étrange laboratoire top secret dont la silhouette semblable à celle d'un bunker émerge d'entre les séquoias de la baie de San Francisco. Protégée par des murs de béton hauts de plusieurs mètres, une division de développeurs (les Devs) se livre à d'étranges expérimentations autour d'un ordinateur quantique doté de facultés mystiques, celles de voir par delà le temps et l'espace. Convaincue que Devs est derrière la disparition soudaine de son petit ami, Lily va essayer de percer les mystères de l'entreprise derrière le laboratoire, Amaya, sorte de monstre tentaculaire à la pointe de la tech, qui rappelle pêle-mêle Google, Palantir ou Amazon, dirigé par Forrest (Nick Offerman), énigmatique CEO. 

Comme dans chacun des films du réalisateur, l'esthétique est particulièrement soignée, et les visuels forts ne manquent pas : gigantesque cube d'or où est enfermé l'ordinateur quantique, larges plans de la ville côtière, immense statue d'enfant pour annoncer l'entrée sur le campus... 

Crédit photo : 2019, FX NETWORKS

Une critique âpre de la Big Tech 

Mais au-delà d'une ambiance et d'une plastique qui dénotent, on retrouve dans Devs les thématiques chères à l'écrivain londonien. Comme dans ses précédents films, Ex Machina (2015) et Annihilation (2018), le fils du célèbre dessinateur britannique Nicholas Garland entremêle habilement science, politique, et philosophie. 

Crédit photo : 2019, FX NETWORKS

Cette fois encore, le réalisateur décortique avec brio un pan controversé de la technologie. Après l'intelligence artificielle dans Ex Machina, et le clonage dans Never Let me go, Devs s'empare d'une thématique qu'il juxtapose à celle du capitalisme et du déterminisme : le Big Data.    

En ligne de mire : l'omnipotence de la Silicon Valley, le libre arbitre, et les réactions des individus lorsqu'ils se retrouvent face à une puissance qui les dépasse. 

La nouvelle série télé Devs est disponible sur Hulu depuis le 5 mars 2020. Allez hop, encore une série qui vous fera zapper Black Mirror et Westworld

À lire aussi

Ce site utilise Google Analytics.