cableuh

182 : le nombre de coupures d’internet perpétrées par les États en 2021

Inde, Russie… Au total, près de 34 États ont eu recours à des coupures d’Internet délibérées en 2021. « La censure par la coupure », une méthode qui interroge.

Votre peuple est mécontent et souhaite le faire savoir ? Une information pourrait ternir la réputation de votre gouvernement ? Pour faire taire les critiques et contrôler les flux d’informations, certains États ont recours à une méthode radicale : couper internet, sec et net. Selon un rapport de l’ONG Access Now pour la défense des droits civils numériques, près de 182 coupures volontaires de connexion web ont été décomptées en 2021.

34 pays concernés par ces  « incidents »

« La censure par la coupure »  : la méthode est radicale et inquiète. D’après Marianne Diaz Hernandez, représentante d’Access Now interrogée par les Échos, près de 34 pays auraient eu recours à ce type de pratique en 2021, soit 5 pays de plus qu’en 2020. Selon les cas, les raisons invoquées sont multiples. D’après ce rapport, des coupures peuvent intervenir en des temps d’instabilité politique, lors de périodes d’élections ou dans le cadre de conflits impliquant l’opinion publique. En ce sens, Access Now évoque une augmentation de plus de 50 % des coupures de l’Internet mobile lors de manifestations, notamment. 

Bien entendu, certains États préfèrent passer par d’autres moyens que des coupures au sens pur et dur pour museler l’opinion. Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Russie a entamé une grande purge des réseaux sociaux occidentaux comme Facebook ou Instagram. D’autres pays comme la Chine ont même ordonné l’interdiction des services de VPN pour garder le contrôle sur la Toile.

106 incidents recensés en Inde en 2021

Parmi les divers États concernés par ces manœuvres, l’Inde détient le record incontestable du nombre de coupures délibérées en 2021. Depuis quatre ans, le pays s’efforce de verrouiller les valves du Web de façon plus ou moins assumée. Dans un rapport relayé par les Échos en 2020, l’Inde faisait déjà les gros titres avec près de 8 927 heures de coupures ou de restrictions d’accès à Internet. Cette année, ces coupures ont principalement eu lieu dans la région très disputée du Jammu-et-Cachemire, revendiquée par l’Inde et le Pakistan. La population a beau réagir, d’autres façons de limiter les échanges sur les réseaux sont entrées en vigueur en Inde. Le 27 mai 2021, le gouvernement indien de Modi déclarait l’adoption de nouvelles règles de contrôle des contenus sur les réseaux sociaux, instaurant un mode de collaboration entre les plateformes et le gouvernement pour retrouver les auteurs de contenus estimés litigieux.

Reste à savoir comment intervenir face à cette augmentation des coupures. Des discussions ont été entamées par les Nations unies dès juillet 2021 pour étudier la question à plusieurs échelles. Affaire à suivre.

Source : Les Echos

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.