habillage
premium1
premium1
Un smartphone noire avec des notifications en forme de coeur
© stevanovicigor via GettyImages

25% des gens aimeraient qu’une appli leur dise quand ils sont amoureux

Le 26 sept. 2019

Les algorithmes seraient-ils plus performants que notre propre cœur ?

Bonne nouvelle, on croit toujours à l’amour ! Et même à l’amour éternel. Le problème, c’est qu’on est tellement obsédés par cette quête sentimentale qu’on a peur de ne plus savoir reconnaître l’amour. Ajoutez à cela un peu de technologie, et on se retrouve presque dans un épisode de Black Mirror.

Pour l’étude « Love in the Digital Age », les équipes de BETC Digital ont interrogé 17 000 personnes dans 37 pays. Et parmi eux, une personne sur quatre rêverait qu’une application lui envoie une notification lorsqu’elle est vraiment amoureuse. Bye bye, petits papillons dans le ventre et sourires niais. Bonjour, algorithmes et data.

Si t’as pas trouvé ton âme sœur, t’as raté ta vie

L’amour avec un grand A fait toujours rêver, donc. Dans l’Hexagone, c’est 6 Français sur 10 qui pensent que l’amour peut durer pour toujours. C’est beau. Mais c’est aussi une énorme pression. Puisque l’amour unique existe, le trouver est un impératif. À travers le monde, les jeunes comme les moins jeunes sont formels : il faut être en couple.

1 500 applis de dating pour une seule âme soeur

Quand l’injonction sentimentale rencontre des technologies toujours plus performantes, on se retrouve avec des applications de dating à foison. Il en existe plus de 1 500 à travers le monde. Il y a celles que l’on ne présente plus comme Tinder et Bumble. Celles qui s’adressent à des populations spécifiques comme Once Again ou Lumen. Et même des concepts ludiques comme Fruitz. Bref, en matière d’application de rencontres, on n’a que l’embarras du choix. Et pour trouver le grand amour, tout les moyens sont bons. Ainsi, 10 à 15% des gens flirtent sur... LinkedIn.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron

D’après l’étude, la recherche de l’âme soeur n’est pas quelque chose qu’on prend à la légère. C’est d’ailleurs pour ça qu’on s’en remet à la science rassurante des algorithmes. 

En attendant que les programmes informatiques soient suffisamment sophistiqués pour percer les mystères de l’amour, on se débrouille autrement pour ne pas (trop) se planter. On essaye différentes options, on bêta-teste, on fait sa propre R&D sentimentale afin de trouver la formule magique. Interrogé par les équipes de BETC Teens, un adolescent qualifie même les premières expériences sentimentales de « matchs amicaux ». Des répétitions générales avant le grand soir.

Attention avec autant d’attentes et de poids sur les épaules, on a vite fait de passer de la quête de l’amour éternel au dating éternel.

POUR ALLER PLUS LOIN

> OK Google, ça veut dire quoi aimer au 21ème siècle ?

> Génération Z : ils préfèrent l’amour à distance

> Lapin virtuel, drogue de l’amour… à quoi ressemblera le futur de nos rencontres ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.