premium1
premium1
extrait du film Inception de Christopher Nolan

Vous dormez mal ? C'est le cas de la moitié des Français !

Le 18 sept. 2018

La bonne nouvelle, c’est que les Français dorment suffisamment. La mauvaise, c’est qu’ils dorment mal. Rythme de vie, omniprésence des écrans et préoccupations de la vie quotidienne ont un impact sur la qualité du sommeil. Une étude Ipsos.

Le sondage Ipsos pour l’Observatoire du Sommeil de la Fondation Adova montre que les Français dorment. La semaine, ils passent 7h48 en moyenne dans leur lit par nuit et près d’une heure de plus les week-ends. D’après une précédente étude de Nokia Health Digital, les Français seraient même des champions du sommeil. Et pourtant, 62% d’entre eux déclarent manquer de sommeil. Un sur cinq indique souffrir d’un déficit de sommeil conséquent. Près de 80% estiment qu’ils dormaient mieux avant. Oui, c’était toujours mieux avant… 

Les sondés attribuent la note de 6,6/10 à leur sommeil. Peut mieux faire et encouragements du jury. En effet, 32% des personnes interrogées déclarent se réveiller trop tôt 4 à 5 fois par semaine. Pire, 85% déclarent se réveiller au moins une fois par nuit.  Ces interruptions intempestives du sommeil durent 39 minutes en moyenne. De quoi avoir le temps de compter pas mal de moutons. Globalement, 55% des Français disent souffrir du « mal-dormir ».

75% des Français pensent que bien dormir est plus important que ne pas fumer

En matière de santé, dans l’Hexagone, le sommeil est une priorité. Pour près d’un tiers des sondés, c’est facteur indispensable à une santé de fer. Pour 75% d’entre eux, c’est même plus important qu’un mode de vie sans cigarette ni alcool. Les Français font donc attention à leur sommeil et tentent d’en prendre soin. 43% d’entre eux auraient déjà consulté pour un problème lié au sommeil.

Un sommeil de mauvaise qualité influence directement la vie privée ou professionnelle des Français. Près d’un tiers des sondés subissent les conséquences physiques ou psychiques du « mal-dormir ». 42% des personnes interrogées somnolent devant leur série préférée ou au cinéma. Au bureau, 20% des Français indiquent être sujets à des assoupissements lorsqu’ils lisent un document et un sur dix au milieu d’une conversation ou d’un échange téléphonique.

Côté perso, le manque de sommeil de qualité nuit à la vie sexuelle de 40% des Français. Pareil, pour la vie de couple. En même temps, 34% des Français disent moins bien dormir avec quelqu’un d’autre à côté. 38% d’entre eux affirment donc que mal dormir peut-être une cause de divorce. Si les jeux vidéo n’ont pas déjà eu raison de votre mariage, faites attention à vos ronflements !

Alors, à qui la faute ?

Sans grande surprise, les écrans alimentent le phénomène du « mal-dormir ». 40% des répondants consultent leur smartphone avant de se mettre au lit et 69% des Français regardent la télévision avant de se coucher. 20% des Français s’endorment d’ailleurs devant leur écran puis se réveillent au milieu de la nuit. On comprend mieux pourquoi Netflix s’inquiète de savoir si on est « toujours là ».

Pour certains Français, les coupables ne sont pas uniquement les écrans et leur lumière bleue. Pour un tiers d’entre eux, le problème vient d’un manque d’activités calmes avant de se coucher. La même proportion blâme le rythme de vie quotidienne : un tiers des sondés refait le fil de sa journée ou pense déjà à l’organisation du lendemain au moment de dormir.

Si vous avez du mal à vous endormir, vous pouvez essayer l’application qui vous lit le RGPD. Ça ne vous changera pas les idées du boulot, mais apparemment quelques minutes suffisent pour s’assoupir.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.