habillage
Un homme chauve qui a peur
© Circle Creative Studio vie GettyImages

5 tendances du numérique qui font flipper

Le 22 oct. 2019

C'est sûr, le numérique a changé tous nos usages. Et pas forcément en bien...

World Wide Face

Avec Facebook – littéralement, le « livre des visages », Zuckerberg avait vu juste. Internet est devenu une immense collection de visages. Et ils valent de l’or. Entreprises ou États, tous rêvent de nous identifier. L’appli FaceApp a fait le buzz avec des millions de téléchargements en quelques jours. Pour voir leur tête dans cinquante ans, des millions d’impatients ont accepté de confier leur image à une obscure société russe. Flippant. Google, de son côté, propose carrément d’acheter votre portrait contre une carte cadeau Amazon ou Starbucks de 5 euros.

Cyberflashing

Plus besoin de se balader nu sous son imper, les exhibitionnistes peuvent opérer via bluetooth. Envoyer ses parties intimes à des inconnus – qui n’ont rien demandé – porte même un nom : le « cyberflashing ». C’est simple. Notre crado choisit un endroit bondé, le métro en heure de pointe, par exemple, et envoie la photo de son intimité dévoilée aux possesseurs d’iPhone en utilisant la fonctionnalité AirDrop. Même si ces derniers déclinent l’invitation, ils auront tout de même droit à un aperçu du contenu. En gros plan, généralement.

Commerce Social

En Chine, le système de crédit social met tout le monde au pas. Sur WeChat, la super-plateforme de Tencent qui ressemble à un mélange de Facebook, WhatsApp et Instagram, les utilisateurs sont réunis par groupes d’intérêts de 200 personnes pour obtenir des réduc’. Mais si l’un des membres du groupe fait un écart, c’est tout le monde qui prend. Le commerce social incite donc à dénoncer son pote pour continuer à profiter des promos ciblées. Ça rapporte aux marques et à l’État. Flippant ? D’autant plus que certaines start-up de la Silicon Valley commencent à s’en inspirer !

Virtue Signalling

La pratique consiste à envoyer au monde des signaux prouvant que nous sommes des personnes de haute vertu. Mais pour être sûr du résultat, il vaut mieux défendre une idée déjà parfaitement consensuelle. Un exemple ? « La guerre, c’est mal. » Sur les réseaux sociaux, les occasions de virtue signalling ne manquent pas. Et on ne s’en prive pas. Partager un hashtag engagé sur Twitter, facile et indolore. Signer une pétition en ligne, rapide et peu engageant. Organiser une cagnotte en faveur d'une association sur Facebook pour son anniversaire, ça ne coûte rien. En quelques clics, votre empreinte numérique sera d’une irréprochable vertu.

Sharenting

Prendre son nouveau-né sous toutes les coutures, documenter son premier cri, ses premiers pas, avoir de lui des centaines de clichés, rien de nouveau depuis l’ère Kodak. Mais, à présent, cette déferlante reflue sur les réseaux. Résultat : 66 % des parents français ont déjà publié une photo où l’on voit le visage de leur bambin, et 30 % des bébés auraient une empreinte numérique avant même leur naissance. Bienvenue dans l’ère du « sharenting » !

Alice Huot - Le 22 oct. 2019
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.