habillage
premium 1
premium1
Mark Zuckerberg sur fond rouge entouré d'emojis
© Alessio Jacona

Bon anniversaire Facebook ! L'enfant terrible de Mark Zuckerberg fête ses 15 ans

Le 7 févr. 2019

Le plus grand des réseaux sociaux fête ses 15 ans cette semaine. Depuis ses débuts turbulents sur le campus d’Harvard aux scandales à répétition sur l’utilisation de nos données privées, passage en revue de la courte vie de cet adolescent à problème.

4 février 2004 : ainsi naquit The Facebook

Tout bébé déjà, tu avais une réputation d’enfant terrible. Il faut dire que ton jeune papa, Mark Zuckerberg, avait fabriqué ton prototype avec Facemash, un site qui permettait de voter pour « les filles les plus hot du campus ». Hé oui, tu es né de ça, de son appétit pour les données personnelles puisqu’il avait cru bon de pirater les photos des étudiantes d’Harvard direct dans le serveur de l'université. Après le succès de ce service sexiste comme un film de boules, géniteur Zucky a dû s’excuser publiquement d’avoir dérobé ces informations sans avoir demandé la permission.

C’était le début d’un méchant réflexe dont il n'arrivera jamais à se défaire !

Mais malgré la polémique, Mark avait surtout mis le doigt sur l'un des secrets les moins bien gardés de l'humanité : il y a ce que les gens disent qu'il est bon de faire... et ce qu'ils font vraiment. Et en matière de web, cela donne un site sur lequel des étudiants triés sur le volet s’échangent des ragots, matent des photos, et indiquent leur statut amoureux (célibataire, en couple et le devenu fameux : c'est compliqué !).

C’était le début de la grande aventure Facebook... et de toutes ses casseroles…

 

2005 à 2006 : tu t’ouvres au monde entier

Après avoir passé les premières années de ta vie sur le campus de l’université d’Harvard, tu t’ouvres progressivement aux universités américaines les plus prestigieuses : Stanford, Columbia, Yale... Dans l’intervalle, tu perds ton préfixe « The », sous les conseils d’un certain Sean Parker, fondateur de Napster. Ton papa va même devoir dépenser 200 000 dollars pour récupérer le nom de domaine « facebook.com » à une obscure entreprise qui surfait sur le succès de ton nom. Finalement, le 26 septembre 2006, tu décides de faire tes premiers pas dans le monde et tu ouvres ton inscription à n’importe quel quidam, pourvu qu'il ait plus de 13 ans.

2008 : ta première grande bagarre (judiciaire)

Il fallait bien que ça arrive un jour. Au moment de ta naissance, ton papa avait été accusé de plagiat par trois autres étudiants. Ces derniers comptaient sur son aide pour construire HarvardConnection.com. Quelle ne fut pas leur surprise en découvrant ton existence 4 ans après ta naissance. Pourquoi avoir attendu si longtemps avant de porter plainte ? Parce qu’un an plus tôt, Microsoft avait acheté 1,6 % de tes parts pour 240 millions de dollars. Après un simple calcul, ta valeur s’élevait donc à 15 milliards de dollars. Pas mal pour un petit réseau de tout juste 4 ans. Quoi qu’il en soit, ton papa a mis fin à cette bagarre en signant un chèque de 65 millions de dollars en cash et en parts de l’entreprise.

2009 : tu commences ta carrière d’espion

On a toujours su que tu étais curieux, mais là, tu t’es surpassé ! En effet, avec plus de 400 millions d’utilisateurs inscrits sur ta plateforme, le gouvernement se dit que tu es une bonne source d’information. La NSA t’inclut dans son programme Prism aux côtés de Google, Microsoft et d’autres géants de la tech. Tu permets à l’agence de renseignement d’accéder à l’ensemble des données privées que tu collectes, même en dehors du territoire des États-Unis et sans autorisation d’un juge. En 2013, Edward Snowden révèlera le scandale et ton papa niera totalement avoir eu connaissance de ces magouilles.

2011 : tu ne veux pas voir de tétons (ou de sexes) chez toi

En grandissant, tu deviens prude. Tu déclenches une polémique en supprimant systématiquement les images du tableau de Gustave Courbet, Les origines du Monde. Tu sembles très gêné par la diffusion de photos de tétons ou de sexes. En revanche, tu tolères parfaitement les groupes d’internautes qui diffusent des discours de haine ou qui tiennent des propos complotistes ou négationnistes. De toute façon, ta vraie passion c'est de choper de l'annonceur.

2013 : tu sais bien planquer tes sous

Bravo Facebook, tu t’y connais super bien en optimisation fiscale ! Il faut dire qu’avec ton siège en Irlande, tu échappes à de nombreux impôts. D’après un rapport de Greenwich Consulting commandé par la Fédération française des télécoms, tu as payé 424 fois moins d’impôts que tu ne devrais en payer en France. Ainsi en 2011, tu n’as versé que 50 000 dollars d’impôts sur les sociétés au lieu de 21,2 millions. (Depuis 2018, tu as changé de politique et tu payes tes impôts en France).

2014 : tu deviens un manipulateur émotionnel

Tu commences à te douter que les gens qui sont inscrits chez toi sont sensibles aux émotions des autres. De nombreuses études montraient déjà que tu provoquais de la jalousie, du stress et même de la dépression chez tes utilisateurs. Du coup tu laisses les chercheurs Adam Kramer, Jamie Guillory et Jeffrey T. Hancock mener une petite expérience psychosociale. Ils vont mettre en contact plus de 680 000 internautes avec des contenus positifs ou négatifs, pour voir si ces derniers sont influencés émotionnellement. À ce moment-là, ils ne sont pas nombreux à comprendre à quoi tout ça peut bien servir, mais les élections américaines arrivent très vite… on va passer aux travaux pratiques.

2014/2016 : tu t’intéresses à la politique (malgré toi)

À partir de 2014, la société Cambridge Analytica, une entreprise dont le slogan est « changer le comportement grâce aux données », va exploiter les données de 87 millions de tes utilisateurs afin d’influencer leur vote en faveur de Ted Cruz, puis de Donald Trump. Ces mêmes données ont aussi servi à influencer le référendum du Brexit. Même si tu n’es pas directement responsable, on va te reprocher d’avoir été très laxiste. Après avoir été interrogé par la justice américaine ainsi que par le Parlement Européen, ton papa a déclaré qu’il était vraiment désolé... c'était touchant.

2018 : tu es utilisé dans le cadre d’un génocide

C’est vraiment pas de chance ! Depuis Cambridge Analytica, tu as l’impression que tout le monde te déteste. Pourtant il y a des gens qui continuent de t’aimer. Les militaires birmans par exemple, t’apprécient beaucoup. Ils utilisent tes pages et tes fonctionnalités pour attiser la haine envers les musulmans Rohingyas. Et c’est super efficace ! Tu as même reconnu que tu avais été trop lent pour fermer la page du très populaire chef des armées birmanes. Au final tu as coupé l’accès à 425 pages et 135 comptes qui pratiquaient l’incitation à la haine et au meurtre. Mieux vaut tard que jamais ?

On te souhaite plein de bonnes choses pour 2019 !

Tu nous avais prévenu. Tu voulais changer le monde. Et en 15 ans, tu as tenu tes promesses, et ce dernier commence à peine à réagir. Depuis les multiples scandales sur l’exploitation abusive des données de tes utilisateurs, la Federal Trade Commission envisage de te donner une amende record à cause de ton non-respect de tes engagements en matière de protection des données personnelles. En 2011, tu avais signé un décret qui t’obligeait de ne pas induire en erreur ni tromper tes abonnés sur l'utilisation de leurs informations. Malheureusement, ça n’a pas été le cas. Oui oui, on sait… toujours ce petit bug de départ que ton père a tant de mal à rectifier.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.