habillage
Une main qui tient une haltère
© Unsplash

Le sport à la maison est en plein boom, et ça fait flamber le prix des haltères

Le 24 sept. 2020

La pandémie de Covid-19 fait naître des business inattendus. Et très lucratifs.

Tout quitter pour devenir revendeur d’haltères ? Il y a quelques mois, l’idée aurait pu paraître saugrenue. Mais depuis qu’une pandémie de Covid-19 s’est abattue sur le monde, elle prend tout son sens. Cette situation exceptionnelle fait naître des business inattendus. Dernier en date : les équipements de sport à domicile. Aux États-Unis, les prix des haltères sont multipliés par six sur les sites de revente.

Entre les salles de sport dont les portes sont restées closes pendant plusieurs mois et les néophytes qui ont découvert le sport à la maison pendant le confinement, le sport à domicile connaît un véritable boom. Résultat : difficile de mettre la main sur un tapis de yoga. Aux États-Unis, les sportifs doivent faire face à une pénurie d’haltères. Entre la demande qui a explosé et des problèmes d’approvisionnement – 95% des poids en fonte sont produits en Chine – les rayons des magasins de sport sont dévalisés. Et des petits malins profitent de la situation pour revendre du matériel à prix d’or.

Un retour sur investissement imbattable

Interrogé par le journaliste Alex Abad-Santos, un ancien coach sportif raconte comment il s’est rendu compte qu’il était plus rentable de vendre tous ses équipements. En plein cœur de la pandémie, il a revendu ses haltères trois fois plus cher que leur prix d’achat. Un sacré retour sur investissement pour un produit qui n’avait a priori rien d’un actif attrayant. Et ce n’est pas un cas isolé. Sur le subreddit r/flipping consacré aux « aux success stories de produits achetés à bas prix et revendus plus chers », les témoignages de vendeurs d’haltères abondent. « J’ai acheté un lot d’haltères à 10$ dans une brocante. Je l’ai revendu 120$ dans l’heure », se vante un internaute. Un autre se réjouit d’avoir trouvé des haltères ajustables pour seulement 250$ alors qu’elles se vendent désormais entre 500$ et 600$.

Les haltères sont-elles les nouvelles sneakers ?

D’autres vont beaucoup plus loin, et développent même des business parallèles de revente d’haltères. C’est le cas de Lupe Barajas qui raconte sa nouvelle activité dans les colonnes de Vox. Sa stratégie : dévaliser les magasins de sport dès qu’ils reçoivent des stocks pour ensuite revendre la marchandise sur eBay. « En général, les vendeurs me disent quand ont lieu les réassorts. Je fais en sorte d’arriver tôt le matin, quand il y a le plus de marchandise. » Le revendeur indique réaliser 30% de profits grâce à ses ventes.

Les haltères n’ont rien d’un produit de première nécessité comme le gel hydroalcoolique – ou le papier toilette. Mais on ne peut s’empêcher de trouver ce nouveau business moyennement éthique. Lupe Barajas s’en défend aisément. Le marché de la seconde main n’a pas attendu la pandémie pour faire flamber les prix de produits de la vie quotidienne. Le meilleur exemple : les baskets, dont certaines paires se revendent jusqu’à 20 000$ sur des sites spécialisés comme StockX.

Alice Huot - Le 24 sept. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.