premium1
premium1
habillage
Une personne qui regarde derrière un rideau

Frozen face, accrocher sa souris à un ventilateur... les employés s'attaquent à la surveillance en télétravail

Le 11 janv. 2021

Comment télétravailler sans se faire espionner par son boss ? Petit florilège, non-exhaustif, de techniques et astuces pour que travail à distance ne rime pas avec surveillance.

La généralisation du télétravail s’accompagne d’un penchant peu reluisant : la surveillance des employés. En juin 2020, une étude Top10VPN montrait que la demande pour les logiciels de surveillance à distance avait augmenté de 51% depuis le début de la pandémie. Même si certaines pratiques existaient déjà au bureau, depuis que ça se passe dans notre salon, ça coince. Mais  à chaque nouvel usage qui se fait une place dans notre quotidien, on trouve un contre-usage. Et les employés rivalisent d’inventivité pour contrer la surveillance intempestive de leur boss.

Pour échapper à une énième réunion en visio

Outil révolutionnaire ou plaie du XXIe siècle, la visioconférence s’est imposée à la faveur de la pandémie de Covid-19. Mais entre la Zoom fatigue légitime et l’envie d’éviter une réunion qui n’a d’autre but que de prouver que nous sommes bien à notre poste, les techniques et bonnes excuses pour éteindre sa caméra se multiplient.

La Frozen Face

Tout à fait artisanale, la méthode consiste à simuler un problème de connexion internet en arrêtant de bouger complètement – les MannequinChallenges de 2016 n’auront peut-être pas été vains. À répéter plusieurs fois, avant de finalement déclarer qu’il vaut mieux éteindre sa caméra.

La déconnexion par étape

Encore plus osée : la déconnexion par étape. Il s’agit de disparaître progressivement de la visioconférence. D’abord, on coupe le son et on se fait oublier. Puis, on éteint la caméra. Et on finit par carrément se déconnecter. Évidemment, la technique ne fonctionne que lors de réunions avec de nombreux participants.

Le faux bug

La télésurveillance ne concerne pas que les professionnels. Depuis l’apparition du Covid-19, les étudiants aussi doivent composer avec les cours à distance. Forcément, ils trouvent des techniques ingénieuses pour y échapper et s’échangent leurs trouvailles sur TikTok. En août dernier, sur le réseau social on s’e-refilait une piste audio qui imitait un problème de connexion. L’excuse idéale pour éteindre sa caméra « afin de préserver la bande-passante ».

@trueyunet

I will be ready to utilize this 😂#zoom #fyp

♬ original sound - Alondra Michelle

Pour avoir l’air d’être toujours à son bureau

Pour se rassurer sur le fait que leurs employés sont bien actifs, de nombreuses entreprises ont recours à des logiciels qui enregistrent l’activité des écrans, notamment en monitorant les mouvements de souris.

Attacher sa souris à un ventilateur

En utilisant l’équation « mouvement de souris = activité », certains télétravailleurs trouvent des moyens originaux de faire croire qu’ils sont derrière leur écran. Parmi les plus WTF d’entre eux : la technique du ventilateur pivotant auquel on attache sa souris d’ordinateur.

WFH Tip #2 : How to always appear online from r/funny

Se souvenir de ses cours de physique

En utilisant la même idée – avec un peu plus de sophistication – une lectrice de Buzzfeed diplômée de physique raconte comment elle feinte le logiciel de son employeur. « Je place ma souris dans un verre transparent de façon à ce que le rayon lumineux se reflète dans le verre en faisant continuellement bouger le curseur sur mon écran ».

Un contre-logiciel de surveillance

La tech aide les employeurs à surveiller leurs employés, mais elle aide aussi les seconds à échapper au regard des premiers. C’est le cas du logiciel Presence Scheduler qui permet de maintenir une pastille verte sur Slack, symbole ultime de cette télé-surveillance, même lorsque l’utilisateur n’est plus connecté. Le tout pour 2$ par mois.

Pour feinter les trackers d’écran

Autres outils très appréciés des télé-employeurs : les logiciels qui enregistrent les écrans de leurs employés et lancent une alerte lorsque ces derniers n’utilisent pas des applications professionnelles.

Ouvrir deux fenêtres en même temps

Pour contrer ce type de logiciel, des internautes recommandent d’ouvrir une première fenêtre avec l’activité qu’on désire faire sans être épié puis une seconde avec un outil du style Excel. D’après certains utilisateurs, le logiciel se focaliserait sur la deuxième activité et considèrerait que l’employé passe beaucoup de temps sur son tableau Excel. Mais attention, depuis le début de la pandémie, la télésurveillance en milieu pro est devenue un immense jeu du chat et de la souris et les logiciels de surveillance se perfectionnent pour ne plus se laisser berner.

Pour le retour au bureau

Cette généralisation de la surveillance s’est imposée grâce au télétravail, mais dans le monde post-pandémie elle pourrait bien, elle-aussi, retourner au bureau. Pour ceux qui ne sont pas plus à l’aise avec le fait que leur écran soit surveillé en présentiel, il existe des solutions. Par exemple, utiliser ses accès de connexion à distance comme si on se connectait sur son ordinateur portable, mais en continuant à travailler sur son poste fixe. Le système de tracking enregistrera une connexion à distance et ne s’intéressera plus à ce qu’il se passe au bureau.

Alice Huot - Le 11 janv. 2021
À lire aussi
premium 2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.