une radio et des pieds sur fond bleu

Incroyable mais vrai : ils viennent sur Internet pour écouter les autres et changer d'avis

© Eric Nopanen via Unsplash

Sur Internet, il existe (encore) un endroit où les gens se rendent pour discuter (au calme). Un endroit où les internautes viennent échanger leurs points de vue dans une atmosphère décontractée, et où ils souhaitent même qu’on les fasse changer d’avis. Voyage au bout d'un Internet d'un autre temps.

Terminator 2 est mieux que Terminator 1. Soutenir un entrepreneur en raison de son origine ethnique, c’est raciste. Le genre est binaire. Autoriser l’homosexualité et non l’inceste est arbitraire. L'existence même de la police prévient les crimes. Les ananas méritent leur place sur les pizzas. Les barbecues coréens sont absurdes.

Voilà quelques exemples d’opinions aussi sulfureuses que controversées partagées sur le subreddit Change My View, forum de Reddit. Sur la plateforme née en 2005 aux États-Unis, des milliers de communautés se côtoient en fonction de centres d'intérêt divers et variés (au choix : les chats mignons, les jeux Nintendo, les vidéos de pâtes à gâteaux dégoulinantes, les blagues sur le communisme...), et les échanges vont bon train.

Mais sur Change My View, les choses sont un peu différentes. Ici, n’importe qui est libre de partager un avis qui tient en une phrase, précédé de la mention CMV, pour « change my view », « faites-moi changer d’avis » en français. La posture détonne, car ce n’est pas avec défiance que sont lancées les propositions, mais dans un véritable esprit d'interrogation et de remise en question. À l’heure où les algorithmes silotent les positions et enferment les uns et les autres dans des bulles parfois hystériques, il semblerait que des espaces refuges subsistent encore. Loin des clashs à gogo, des joutes verbales et des coups d’éclat, Reddit nous ramène dans un endroit où la conversation, la vraie, est encore possible. Bienvenue en terres exotiques.

Faites-moi changer d’avis

Au post « Soutenir un entrepreneur en raison de son origine ethnique, c’est raciste », Thearchitectprince* a reçu quelque deux mille réponses vingt-quatre heures seulement après publication. Le ton est posé, les réponses articulées, l’ambiance courtoise. Lui-même issu d’une minorité, l’auteur précise qu’il espère n’offenser personne par sa remarque. « Je suis terrifié à l’idée de partager cette opinion, mais ma curiosité est plus forte que ma peur, ce qui explique ma présence ici. Faites-moi changer d’avis. » Plus bas, c’est jxssss qui partage son avis : « Le genre est binaire, et votre genre est celui de votre sexe de naissance. » L’internaute précise : « J’ai déjà partagé cette opinion il y a quelque temps et je n’ai pas changé d’avis, donc je retente l’expérience en ajoutant une série de questions auxquelles j’aimerais que vous répondiez. Je suis juste à la recherche de la vérité. »

Le subreddit a été lancé en 2013 par Kal Turnball, un jeune Écossais de 17 ans, lorsqu'il réalise avec effroi que lui et ses amis partagent les mêmes opinions sur à peu près tout... Il a alors pensé « un espace où partager des opinions que vous savez biaisées et imparfaites dans un effort pour comprendre les points de vue des autres. » Et de préciser que l'objectif est de dialoguer, non de débattre. Aujourd’hui, Change My View compte plus de 1,3 million de membres.

Vous l’aurez compris, pas question ici de battre en brèche l’opinion des autres, d’étaler son savoir à la façon d’un dandy de salon ou de faire preuve d’esprit pour tourner en ridicule le propos des autres. Et les règles du forum sont très claires.

Pour stimuler le dialogue, la personne ayant partagé une opinion a trois heures pour répondre à chaque commentaire reçu. Si son avis évolue, elle attribue un petit symbole delta aux commentateurs. Dans cette optique, Change My View prohibe toute forme de « soapboxing » (la règle numéro 2), cette pratique qui consiste à fulminer avec fougue de manière à faire prendre position aux autres. L’expression vient de l’époque où des religieux ou hommes politiques se hissaient sur une caisse à savon – « soapbox » en anglais – pour interpeller les passants au coin d’une rue. En clair, on n’est pas là pour vociférer et haranguer les foules. Aucune incartade n'est permise par l'équipe de modérateurs, qui surveillent le forum comme du lait sur le feu.

Résultat : des conversations longues et fouillées, faisant la part belle à la raison plutôt qu'à l'émotion. Un lieu à l'antithèse de la cacophonie que propose Twitter, où il fait bon s'immerger et dont on ressort (un peu) changé. Mais pas stressé.

« C’est hyper relaxant de passer du temps là-dessus », explique Mehdi, 29 ans, barbe de trois jours et casque de gamer sur les oreilles. « Tout l’inverse de la plupart des réseaux sociaux, qui ne sont là que pour renforcer certaines idées et faire office de caisse de résonance. » Pour le jeune Belge qui travaille dans une grosse boîte d'e-commerce, l’un des bienfaits du forum est de donner la parole à la majorité silencieuse, celle qui préfère écouter plutôt que s’époumoner, et cherche réellement à s'informer.

Cet état d'esprit quasi académique du forum infuse jusqu'à sa forme. Visuellement, cela est frappant. Exit mèmes colorés, émojis et ! !!!????? Ici, la ponctuation est sobre, la majuscule à sa place. À titre de comparaison, sur le subreddit wallstreetbets, connu pour avoir trollé les ténors de Wall Street et orchestré en janvier 2021 la hausse de l'action GameStop, les pluies d’émoticônes fusées cohabitent avec les commentaires écrits en ALL CAPS. Deux salles, deux ambiances.

Mais ça marche vraiment ?

L'idée de départ semble bonne, mais la question demeure : les internautes changent-ils vraiment d'avis grâce à Change My View ? Et bien, oui.

Ashley* a grandi dans l’Ouest américain, dans l’Utah, un État très religieux, habité majoritairement par des Mormons. Quand Ashley a découvert Change My View en 2017, sa vision du monde a commencé à changer. « J’étais déjà dans une mouvance de remise en question profonde de mon milieu », admet l’Américaine en plissant le nez. « Disons qu’en écoutant tous ces gens parler, je me suis vraiment sentie interpellée, cela a touché un point sensible. Je me suis dit, ah ouais, en fait c’est possible de penser ça ou ça. Plein de gens sont OK avec l’avortement, l’homosexualité, et ce ne sont pas des excités, des fous extrémistes. Cela m’a fait réfléchir. Au début j’allais sur le forum par curiosité. Et puis pour m’éduquer. Cela m’a emmenée assez loin de chez moi », rapporte la jeune femme, avec une certaine fierté.

Mais tous les revirements ne sont pas assez aussi spectaculaires que celui d'Ashley.

Parfois, les changements d’opinion sont plus subtils. Comme pour ROYYY65*, professeur d’anglais à la retraite dans la banlieue de Stockholm. « J’ai commencé à passer du temps sur Change My View il y plus de 8 mois. Parfois j’y vais juste pour rire. Quelques-unes des opinions présentées sont désopilantes, surtout ce qui concerne certaines combinaisons alimentaires plutôt hasardeuses… Mais certains avis sont vraiment polarisants, comme l’usage de la discrimination positive. Eh bien je suis bien plus ouvert à l’idée maintenant, alors que le procédé me semblait auparavant contre-productif. »

Évidemment, le forum ne fait pas mouche à chaque fois. Mais ce n'est pas forcément grave. « J'observe que j'ai plus de facilité à me confronter à l'altérité, dans plein de domaines. Je suis moins sûr de ce que je sais, de mes connaissances. Et rien que ça, c'est salutaire. »

Alors Reddit, un lieu où l'hyper conversation (la vraie, pas le brouhaha) est encore possible ? Apparemment. Et ce n'est pas le seul. Il y en a aussi dans « la vraie vie. »

My Country Talks : le Tinder de la politique

Un matin de juin, Hens*, policier à la retraite farouchement opposé au mariage gay est parti rejoindre Hannah*, ingénieure lesbienne et maman dans un petit café berlinois pour déjeuner. Trois heures et beaucoup de sujets abordés plus tard, le policier est ému de constater que ses positions sont blessantes. Un jour plus tard, l'ingénieure invite le policier à une fête. Quelques années plus tard, les deux Allemands sont toujours en contact.

Que s'est-il passé ?

Ces rencontres inattendues font suite à l’initiative portée par Jochen Wegner, le rédacteur en chef du média allemand Zeit Online. Inquiétés par la polarisation des opinions observée dans son pays, lui et son équipe bricolent la plateforme Germany Talks. Très peu de budget et un simple formulaire avec quelques questions : pensez-vous que les couples gays devraient avoir le doit de se marier ? L'Allemagne accueille-t-elle trop de réfugiés ? La septième question est la plus importante : accepteriez-vous de rencontrer un parfait inconnu dont les opinions sont diamétralement opposées aux vôtres ? L’objectif : aller passer ensemble une heure en tête à tête au café du coin pour discuter politique, sans public devant lequel performer.

Alors que les journalistes s’attendaient à ne recevoir qu'une centaine de réponses, leur boîte mail déborde de plus de 10 000 messages quelques semaines seulement après le lancement de la plateforme. Après la première rencontre, les retours des participants vont toujours dans le même sens : « J'ai passé un moment très agréable. Merci. » En 2019, l'expérience s'étend en Europe : plus de 17 000 Européens issus de 33 pays sont partants pour aller débattre avec un parfait inconnu.

Aujourd'hui, l'expérience fonctionne au niveau mondial, avec My Country Talks. À ce jour, 60% des participants observent la convergence de leur point de vue. Et 90% déclarent avoir passé un moment délicieux.

*ce prénom ou pseudonyme a été modifié

Pour en savoir plus sur les leviers qui permettent de changer d’avis, écouter l’épisode 379 du podcast Freakonimics.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.