premium 1
premium 1 mobile
photo de plusieurs personnes en masques anonymous

Vous voulez être sure d'avoir un job ? Bossez dans la cybersécurité !

Le 19 févr. 2018

La sécurité informatique devrait générer en 2020 1,8 million d'offres non pourvues. Et pourtant, personne ne semble vouloir bosser là.

Le secteur de la cybersécurité est en plein boom, mais souffre d'une vraie pénurie de compétences.

D’après l’étude commandée par la société de sécurité informatique Kaspersky Lab, en 2020, ce déficit devrait s’élever à 1,8 million de personnes. Et c'est un vrai problème. Avec l’arrivée prochaine du RGPD, les besoins des entreprises vont exploser, et sans personne pour s'occuper de ces dossiers... elles risquent de collectionner les amendes.

Pour ne rien arranger, les femmes sont (extrêmement) sous-représentée dans cette branche. 

11 %
11% seulement des salariés-ées en cybersécurité sont des femmes.
Cela représente un manque à gagner colossal pour les entreprises qui pourrait permettre de rééquilibrer l’offre et la demande. Malheureusement, le nombre de femmes qui envisagent de s’orienter vers la cybersécurité stagne.

Menée par l’Équipe Internationale de la Sécurité de l’Information et son centre pour la cybersécurité et l’éducation, l’étude s’interroge sur les raisons de ce désamour.

D’après celle-ci, 74% des femmes choisissent un métier avant leur 16ème anniversaire ; et quant aux autres, elle seraient décidées avant leurs 22 ans. Les entreprises disposent donc d’une fenêtre assez restreinte pour tenter de séduire les jeunes générations.

Cybersécurité, qu'est-ce que c'est ?

71 %
À l’heure actuelle, 71% des jeunes ne savent pas qu’il existe des possibilités de diplômes en cybersécurité.
Les rares jeunes femmes qui montrent un intérêt pour ce milieu se heurtent au flou et aux idées reçues qui entourent les compétences recherchées par les employeurs.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les millennials ne se considèrent pas comme hautement qualifiés en informatique.

En grande majorité, les femmes répondent qu’elles « ont le souci du détail » (82%), « font attention aux besoins des autres (81%) et « ont un bon esprit critique (76%). « J’ai des compétences solides en informatique » ou « j’ai de l’expérience en codage informatique » sont loin derrière avec 49% et 30%.

Du fait de ce manque de connaissances et, surtout, d’une méconnaissance du secteur, elles se détournent de cette voie.

45 %
45% des femmes ne se tournent pas vers la cybersécurité du fait d’une mauvaise connaissance des exigences de cette branche.

Pas vraiment l'exemple type du métier-passion

D’après l’étude, plus que les hommes, les femmes seraient à la recherche de métier qui les passionnent (72% contre 64% des femmes). Elles veulent également pouvoir concilier travail et vie privée (40% des réponses). Il existe donc de vraies divergences en matière de priorités professionnelles.

Les individus interrogés qui envisagent de faire carrière dans la cybersécurité déclarent majoritairement vouloir un travail « utile à la société », une dimension que seulement 23% des femmes recherchent dans leur carrière. Pour couronner le tout, les métiers de l’informatique ne font pas particulièrement rêver la gente féminine.

24 %
24% des hommes se disent intéressés par l’informatique et ses métiers, chez les femmes, ce chiffre tombe à 9%.

Un problème d'image

Geek, nerd… Voilà les mots qui reviennent régulièrement lorsque l’informatique est évoquée. Les clichés sont tenaces et les jeunes femmes s'y identifient assez peu. De plus, la terminologie associée à la cybersécurité est encore trop souvent péjorative (« hacker », « cybercriminalité »…) Quant à l'image de l'informaticien assis devant son écran dans une salle sombre, elle n'est clairement pas très vendeuse...

Histoire d’en rajouter une couche, la plupart des jeunes n’ont jamais rencontré de professionnel de la cybersécurité (69%). Difficile de se faire une idée des possibilités d’emploi dans ces conditions…


Méthodologie :

Dans le cadre d’une étude en ligne réalisée par Arlington Research et Kaspersky Lab, 4 001 jeunes venant du Royaume-Uni, des États-Unis, de France, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne, d’Israël et des Pays-Bas ont été interrogés. Cette étude avait pour but de connaître les centres d’intérêt, les influences et les qualités de ce panel composé en parts égales d’hommes et de femmes, ainsi que leur connaissance et leur perception de la cybersécurité en tant que profession et future carrière. Toutes les personnes interrogées avaient entre 16 et 21 ans.


 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.