premium 1
premium 1 mobile
robot du CES qui danse dans un strip club

Sexisme au CES : femmes, robots, même combat

Le 11 janv. 2018

Au CES 2018, on pouvait croiser des robots strip-teaseuses. Par contre, n’espérez pas voir une femme animer une keynote...

Chaque année, à Las Vegas, des centaines de milliers de technophiles se retrouvent pour des présentations produits, remises de prix et autres conférences à l'occasion du CES… dont pour la seconde année consécutive, la programmation a provoqué un tollé : en tête d’affiche, six hommes et aucune femme.

À l’annonce du programme des conférences, le CES a reçu de nombreuses critiques via Twitter :

Pour se justifier, le CTA (Consumer Technology Association), association en charge du CES, a rétorqué qu'il était difficile d'inviter des femmes à s'exprimer du fait de leur absence quasi totale des postes à responsabilités dans l'univers de la tech.

S’il est vrai que le milieu est loin d’être un exemple en termes de diversité, les tentatives pour changer la donne se font rares, et plutôt que de mener la danse, le CES a sombré dans la facilité et les clichés.

Ainsi, dans certaines présentations produits, les femmes étaient par exemple représentées dans la cuisine, réussissant à ranger les courses, à s’occuper du nouveau-né et à faire à manger pendant que les hommes regardent tranquillement la télé.

Autre initiative controversée, celle du Sapphire, strip-club avoisinant le salon, qui pour l'occasion avait embauché des strip-teaseuses un peu particulières...

hanche de robot avec des billets glisses dedans

 

Au départ créées pour dénoncer la vidéo surveillance et le voyeurisme au Royaume-Uni, il s'agit là d'œuvres d’art de Giles Walker. Pour un milieu déjà critiqué à cause de ses choix au niveau du genre, c’est un nouveau camouflet. Pour le sculpteur et ses créations faites de bouts de voitures et de mannequins, c’est différent : « des robots sexuels seront inventés. On m’a proposé des choses, mais je pense que c’est quelque chose de très sombre. Ça me répugne. Je n’ai pas créé ces œuvres pour entrer dans l’industrie du sexe, ce n’est pas intentionnel, mais je ne vais pas me plaindre... Ça m’aide à payer les factures ».

À l'année prochaine...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.