fast food

Comment les ados dépensent leur argent ?

© Alena Shekhovtcova et Polina Tankilevitch via Pexels

Quelles sont les marques préférées de la Gen Z ?  Quel type d'achats fait-elle ? La réponse ici.

Prêt-à-porter, fast-food… les adolescents sont les cibles privilégiées des grandes enseignes. Et il faut bien constater que cela fonctionne. Spécialisé dans les cartes de paiement prépayées pour les moins de 18 ans, Pixpay nous révèle ce que disent les transactions de 100 000 utilisateurs éparpillés dans tout le pays.

Entre fast-food et fast-fashion, Monoprix s'en sort très bien

Au premier rang des habitudes de consommation des ados, il y a les dépenses alimentaires : près de 42 % de leur budget mensuel est consacré à l’alimentation, sous une forme ou une autre. 29 % de cette somme sont dépensés dans les supermarchés ou les boulangeries, quand 10 % des dépenses des 12-14 ans partent dans les fast-foods. Après l'alimentaire, c’est la mode et le gaming qui attirent le plus. Un achat sur 10 concerne un vêtement ou un accessoire de mode, tandis que 6 % concernent le gaming.

Si l’on se penche dans le détail sur les marques préférées des ados, il semblerait qu’ils ne concentrent leurs achats qu’autour d’une poignée de grandes enseignes bien connues. 10 % de leurs transactions sont réalisées auprès de trois sites marchands. Le top 3 de leurs marques de prédilection ? McDonald's, Apple et Monoprix tiennent le lead. Chez les filles, il semblerait que la mode de seconde main encouragée par Vinted ait à peu près le même succès que des géants de l'ultra fast-fashion comme Shein (2e marque préférée des filles). Du côté des garçons, les achats numériques et le gaming prennent l'ascendant des dépenses les plus récurrentes, et s'essoufflent un peu après 16 ans.

Achat et paiement, on bascule en ligne...

Une donnée ressort nettement : les ados se déplacent moins pour leurs achats personnels, avec près de 23 % de leurs achats effectués en ligne, soit près d’une transaction sur 4. De plus, pour dépenser leurs économies, moins de cash, plus de numérique. En effet, l’étude observe la montée en puissance du paiement par smartphone pour une transaction sur dix. 

Autre fait constaté, l’influence considérable de la pandémie sur les pratiques d’achat des adolescents. Loin de leurs camarades de classe et des effets de mode de la cour de collège, les adolescents ont eu tendance à réduire les dépenses dans les loisirs collectifs et à privilégier des pratiques plus individuelles.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.