Kitsch, néo-militarisme… comment le jeu Cyberpunk 2077 nous rhabille pour le futur

Kitsch, néo-militarisme… comment le jeu Cyberpunk 2077 nous rhabille pour le futur

© CD Projekt Red / Cyberpunk 2077

Cyberpunk 2077, l’un des jeux vidéo les plus attendus de l’année, promet de nous propulser dans un futur post-apocalyptique où les humains coexistent avec les machines. Un univers propice aux looks destroy qui pourraient bien influencer les tendances mode de la décennie.

Sa sortie est prévue pour le 10 décembre, mais fait couler de l’encre depuis plusieurs années déjà. Cyberpunk 2077, jeu vidéo RPG (Role Playing Game) à la première personne, dépeint un monde futuriste et dystopique qui, comme son nom l’indique, flirte allègrement avec le genre de la science-fiction cyberpunk

Dans un monde plus avancé technologiquement mais toujours régi par l’argent et la cupidité, « les multinationales ont remplacé les nations en tant que superpuissances dominant le monde » , décrit le média spécialisé Kotaku qui a pu tester le jeu en avant-première. « Les premières nécessités comme la nourriture et les soins médicaux sont réservées à ceux qui sont assez riches pour se les offrir et la prochaine étape de l'évolution humaine a été déclenchée artificiellement par la montée en puissance des implants cybernétiques » . Un univers désolé, sombre et malfamé qui ne fait évidemment pas l’impasse sur le style de ses protagonistes.

« Qu'est-ce que mourir, tant qu'on le fait avec style ?  »

Développé par le studio polonais CD Projekt Red, le jeu accorde une importance toute particulière aux symboles et esthétiques, censés dépeindre différentes classes sociales. On peut les trouver absolument partout : des voitures autonomes aux armes à feu, en passant par les implants et bien sûr, les vêtements. Selon une vidéo partagée par le studio en octobre, il faudrait notamment s’attendre à quatre typologies de looks néo-futuristes, tous profondément enracinés dans l’histoire et la culture de Night City, la ville où se déroule l’action. 

La sévère paupérisation de la société donne ainsi lieu à un premier style baptisé « entropisme » . Une majorité des habitants de la ville peinent à joindre les deux bouts et se tournent en conséquence vers des vêtements pratiques et fonctionnels. 

Pour les coiffures multicolores, les tatouages luminescents et les effets chromés, il faut plutôt se tourner vers la tendance du « kitsch » qui ne semble pas épargner l’an 2077. Dans le jeu, les adeptes de ce style se soucient moins de la fonctionnalité et ne jurent que par la couleur et l’excentricité face à la décadence du monde qui les entoure. Leurs mots d’ordre ? Anarchie et rébellion. 

Dans les quartiers riches de Night City, les populations aisées optent en revanche pour le « néomilitarisme » , un style plus sobre, à mi-chemin entre le vêtement corporate et l’équipement militaire. Leur motto ? Une « élégance mortelle sans ostentation » qui inspire la crainte et reflète leur autorité sur le reste de la ville. 

Quant aux « ultra-riches » et au gratin local– célébrités, héritiers, magnats des affaires, dirigeants d'entreprises… – ils s’inspirent de l’esprit kitsch des classes populaires pour donner vie au « néo-kitsch » , la même chose… version luxe. 

Le look cyberpunk en vogue

En Chine, cette esthétique glamour et high-tech séduit déjà les jeunes générations et les férus de mode. Vêtements argentés aux reflets irisés, lunettes futuristes et dreadlocks teintées, mode virtuelle, filtres et maquillage néons… Avec le recul de la pandémie et face à un futur toujours aussi trouble, l’imagerie cyberpunk connaît un vrai regain de popularité dans le pays. 

De quoi inspirer les tendances mode de la prochaine décennie ? On pourrait le parier, en particulier à une époque où les univers des podiums et des jeux vidéo sont de plus en plus poreux

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.