habillage
premium1
story MNSTR

Deux erreurs fréquentes dans le storytelling de marque

L'ADN
Le 14 avr. 2017

En s'adaptant aux nouveaux usages les marques peuvent avoir la tentation de se trahir... voici deux erreurs fréquentes à rayer de ses histoires.

Le storytelling n’a jamais été aussi complexe pour les marques : multiplication des plateformes, des formats, des usages… les histoires n’ont jamais été autant tordues pour être entendues. Si cette contorsion est nécessaire, elle ne doit pas se faire au détriment de votre cohérence narrative. Lionel Curt, Président de l’agence MNSTR, identifie deux biais récurrents et leurs remèdes.

Biais n°1 : A trop produire, le discours tend à se diluer

Pour gagner l’attention d’audiences de plus en plus fragmentées, les marques augmentent leur volume de contenus. Cela est par exemple le cas de la marque Mc Donald’s qui a récemment annoncé avoir doublé son nombre de contenus, faisant passé celui-ci de 2500 à 5000 contenus par an.

Mais voilà, si suivre les audiences est un acte nécessaire, il appelle également à renforcer les bases de son storytelling avec une ligne éditoriale renforcée de façon précise pour que celle-ci puisse s’étendre en toute cohérence. Les grands acteurs de l’entertainment sont d’ailleurs là pour nous rappeler que le renforcement du socle de base du storytelling est essentiel à la bonne survie d’une histoire dans le temps, et à sa bonne propagation sur différentes plateformes.

Biais n°2 : l’uniformité des mises en scènes

A trop vouloir coller aux tendances qui fonctionnent en matière de direction artistique ou de design graphique (notamment sur les réseaux sociaux), les histoires de marques finissent par être dangereusement similaires (cf visuel ci-dessus). « A souhaiter se fondre dans les communautés, se « lifestyliser », ou mimer les influenceurs ou les éditeurs, les marques ont oublié que l’objectif du contenu est de créer de l’attribution et faire émerger votre marque. » précise Lionel Curt.

Pour le président de l’agence MNSTR, ces deux biais sont malheureusement trop communs dans le storytelling des marques : « ces erreurs nuisent à la création de valeur du brand content et des activations qui perdent en capacité de différenciation et d’engagement… ».

Lionel Curt aura l’occasion de développer ces insights le 20 Avril prochain, à l’occasion d’une conférence organisée en partenariat avec l’ADN.

Pour profiter des dernières places c’est ici.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.