habillage
premium1
premium1
data visualisation en vagues de pixels

Datartivisme : ces activistes qui font de l'art avec de la data

Le 10 janv. 2019

Censure, réchauffement climatique, guerres ou dérives du World Wide Web, les virtuoses du data-art montent au créneau et s'emparent de grands sujets de société. À la fois activistes, journalistes et artistes, ils transforment la donnée en art et placent le beau au service de l'info. 

DATA PLANÈTE

Donner à lire, voir et toucher le réchauffement climatique

Comment cartographier la qualité de l’air ou les aléas du réchauffement climatique ? Pour rendre la menace visuellement perceptible, certains artistes plongent dans les datas des institutions et des observatoires de recherche. Les autorités chinoises refusent d’ouvrir des accès aux données ? Qu’à cela ne tienne, l’artiste et codeur new-yorkais James Cao Yuxi ira infiltrer l’ambassade américaine de Pékin pour trouver l’indice de pollution de la ville. Récoltées en temps réel grâce à des capteurs, elles sont ensuite associées à une peinture traditionnelle chinoise transformant montagnes et vallées en un paysage dévasté.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Artiste et codeur basé à New York, @caoyuxi se définit comme un idéaliste essayant de s’affranchir des pressions du pragmatisme social. Dans le projet «The Vast Land », Cao Yuxi, déforme le célèbre tableau de Wang Ximeng daté de 900 ans en utilisant un flux en temps réel sur l’indice de qualité de l’air de Pékin. Découvrez les œuvres disponibles sur notre site. — 📷 © James Yuxi Cao, «Beyond Index | The Vast Land», 2016 . . . #NewMediaArt#newmediaartist #digital #digitalart #artsnumériques #art #arts #artist #artiste #artjaws #visualart #video#digitalartist #multimedia #multimediaart #artcollector #artcollection #caoyuxi #thevastland #wangximeng #airqualityindexbeijing #beijing #data #dataart

Une publication partagée par ARTJAWS.COM (@artjaws) le


Les IA aussi veulent nous alerter sur l’état de la planète. Armé de bras robotisés, le collectif TeamVOID transpose l’indice de qualité de l’air mondial en dessins génératifs. Vues du haut, ces cartes ressemblent aux anneaux de croissance d’un tronc d’arbre, autant de cercles qui montrent le niveau de pollution de l’air que nous respirons. En ligne, bien des œuvres sont consultables. Avec le site
Migrations in Motion, une carte interactive mappant le mouvement d’animaux partout dans le monde, le scientifique Dan Majka illustre l’impact du développement humain sur leur migration. Alors que les changements climatiques altèrent leur écosystème, où se déplaceront-ils pour survivre ?

Migrations in Motion

Voir aussi : « Mobilisation » de Samuel Bianchini

DATA GAFA

Souriez, vous êtes traqués !

Nous sommes de la chair à GAFA, c’est clair. Mais difficile de plonger dans la « boîte noire » des plateformes sociales qui exploitent nos données. En une infographie qui tient sur un pan de mur, le collectif Share Lab lève le voile sur la « fabrique algorithmique » de Facebook. Et c’est vertigineux. Récolte, stockage, traitement de la donnée, ciblage, rouages aliénants de nos feeds d’actualité… toutes les étapes y sont minutieusement détaillées. De quoi faire froid dans le dos. L’artiste française Albertine Meunier préfère pour sa part s’en amuser. Avec son installation Las Datas, elle transforme le Web en un casino géant, un endroit où nous livrons nos données pour une bouchée de pain, et où les machines à sous s’amusent à nous faire perdre inlassablement. Depuis 2006, date à laquelle Google lance le service Search History pour stocker nos recherches, Albertine Meunier compile elle-même ses propres requêtes et partage publiquement son historique. Plus d’une décennie de recherches encapsulées dans un recueil papier. En ligne, des milliers de mots-clés à scroller. Il fallait quand même oser.

Voir aussi : « The Iranian Internet » de Maral Pourkazemi

DATA KILOMÈTRE

Sensibiliser à ce qui est loin

Frappes de drones, crimes de guerres, camps de réfugiés… Quand ce qui se passe loin de chez nous cesse de nous toucher, la data peut réveiller notre conscience. Avec son patch WIFI-SM, Christophe Bruno, pionnier du Net Art, détecte les informations de plus de 4 000 sources actualisées en permanence et en extrait certains mots-clés. Mort, meurtre, torture, viol… À chaque terme détecté, le patch envoie une décharge électrique au spectateur, inoffensive mais suffisamment forte pour qu’il ressente une douleur. Un signal qui permet de prendre conscience dans sa chair des actes de violence perpétrés à l’autre bout du monde. Dans sa série Trackpad, Jean-Benoit Lallemant s’attache à représenter des actes de guerre gérés par drones interposés. Sur une toile vierge tendue, il reproduit leurs impacts en tenant compte du nombre de cibles et de frappes. Mais pour vivre l’horreur de plus près, il faut s’installer dans la « machine tueuse » de l’artiste Jonathan Fletcher Moore. Autonome, elle accède à une base de données répertoriant les frappes de drones militaires américains et déclenche un pistolet factice à chaque mort déclarée. Puis, décès après décès, les informations sont patiemment imprimées.

Voir aussi : « The Refugee Project » de Hyperakt et Ekene Ijeoma

DATA POÉSIE

Pour la beauté de l’info

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

#wip #123data today we finished the setup for the first ever physical exhibit of #datacuisine. It will be on display at Fondation EDF for 5 months, starting Thursday May 3!

Une publication partagée par Moritz Stefaner (@moritz_stefaner) le

D’autres font le choix d’appréhender la réalité de façon plus poétique. Sur son compte Instagram, la data-journaliste du Guardian Mona Chalabi transforme des études chiffrées en croquis décalés. Avec le projet « Data Cuisine », l’infographiste Moritz Stefaner réussit à rendre les données plus digestes. Lors d’ateliers culinaires, des plats sont présentés et assaisonnés de façon à montrer les proportions d’une réalité sociale : du niveau de chômage au Kosovo jusqu'au taux de criminalité en Finlande ! À la fois instructif et appétissant. Sur son Atlas du temps présent, Claire Malrieux déploie croquis, notes graphiques, annotations de chercheurs pour construire une mappemonde évolutive. Tous les jours, l’algorithme de la carte s’actualise et propose de nouveaux tracés révélant toute la complexité du temps présent.

Voir aussi : « American Varietal » de Jason Salavon


Cet article est paru dans la revue 17 de L'ADN consacrée à la révolution bleue. Vous en voulez encore ? Vous pouvez commander votre exemplaire ici.

*Le Data Art vous intéresse ? Rendez-vous sur Artjaws et sur le site de l’exposition Data Data à la Fondation EDF.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.