tableau de van gogh sur le paysage londonien

Une I.A. a peut-être trouvé la clé du succès artistique et cela pourrait réveiller le génie qui est en vous

© London England skyline Van Gogh style painting - Getty

« Décrypter les périodes de succès de grands artistes » . C'est l'ambition de ces chercheurs, ayant souhaité comprendre le processus créatif.

De Van Gogh à John Fenn, difficile de comprendre ces cerveaux inspirés. Dashun Wang, directeur du Centre des Sciences et de L’Innovation à la Northwestern University d’Evanston aux États-Unis, a lancé des travaux pour étudier la réussite de grands artistes. Une équipe de cinq chercheurs a su théoriser le phénomène des « Hot Streaks », périodes durant lesquelles l'artiste va parvenir à successivement créer plusieurs œuvres marquantes, lui octroyant gloire et pérennité. 

Réussir : une question de temps ?

Dans l’optique de comprendre comment les talents se développaient, les chercheurs ont employé une Intelligence artificielle. Sa fonction ? Analyser les carrières de milliers de scientifiques, réalisateurs ou musiciens. Au total, c’est près de 800 000 images et œuvres qui ont été analysées et mises en relation. Et les résultats seraient formels. 

Pour exceller dans son domaine et pour épater la galerie, il faut du temps, mais du temps bien réparti. En effet, pour générer une période dite de « Hot Streaks » , l’artiste doit consacrer un temps long à « l’exploration » . C'est elle qui permettra de faire germer de nouvelles idées, techniques et réflexions. Puis, il doit mettre à profit cette période par un temps « d’exploitation » , durant lequel ses œuvres ne témoignent pas d’une grande variété et s’en tiennent à un fil conducteur solide. Ainsi, les artistes qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont pu tirer profit de ces deux périodes, d'exploration d'abord, puis d'exploitation.

C’est le cas de Jackson Pollock, célèbre peintre américain et ultime figure de l’expressionnisme abstrait. D’après l’étude, le point culminant de son triomphe se situe entre 1947 et 1950, après des années de perfectionnement de sa fameuse technique du « dripping ». Après un long moment d’expérimentation, l’artiste a cueilli la gloire rapportée par des œuvres au style certes similaire mais qui toutes sont le fruit d’une longue période de réflexion et de tests !

Technique de "dripping" – Jackson Pollock

En revanche, question timing, il y a de tout. Qu'il s'agisse de coups d'éclats étonnants de précocité avec Billie Eilish, ou bien d'un maturation plus tardive comme le Prix Nobel obtenu par le chimiste américain John Fenn à l'âge de 85 ans en 2002, les « Hot Streaks » peuvent arriver à n'importe quel stade des carrières étudiées... du moment qu'elles ont pu suivre ce double processus temporel.

Source : Nature Communications

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.