habillage
premium 1
premium 1
un homme attrape un tampon hygiénique
© Karolina Wojtas - Ordinary Magazine

Des artistes jouent avec des tampons pour briser le tabou des règles

Le 9 déc. 2019

Média d’art iconoclaste, Ordinary Magazine dédie son dernier numéro au tampon, un produit utilisé par les femmes du monde entier, mais dont la symbolique crée encore de l’inconfort.

« Près de la moitié de la population mondiale utilise un tampon tous les jours, mais en parler est encore perçu comme tabou », annonce Max Siedentopf à propos du dernier numéro d’Ordinary Magazine.

Depuis 2016, cet artiste et créatif publicitaire édite un trimestriel de photographie d’art. Son but ? Mettre en vedette des objets « ordinaires » à travers l'oeil d'artistes du monde entier.

Après une éponge, un coton-tige, une paille, des chaussettes et du papier-toilette, ce n’était qu’une question de temps avant qu’une protection périodique féminine ne se retrouve sous le feu des projecteurs…

Un tampon nommé désir

Annegien Van Doorn - Ordinary Magazine (2019)

À la manière du sexe féminin et des règles qui s’esthétisent sur Instagram, le numéro met en scène différents tampons hygiéniques au sein de tableaux artistiques, tantôt remplissant leur fonction première, tantôt dans des situations plus rocambolesques. L'idée est de briser les tabous qui entourent son utilisation, et dans une plus large mesure, le corps de la femme.

« Visuellement, les tampons sont presque toujours représentés de la même manière, explique Max Siedentopf, que ce soit dans un type de photographie très clinique ou sur fond rose pour le rendre moins intimidant. » Alors pour élargir notre perception visuelle, le créatif a demandé à 28 artistes de transformer un tampon ordinaire en quelque chose d’extraordinaire. Et le résultat est plutôt satisfaisant.

Matthieu Delbreuve - Ordinary Magazine (2019)

Montrer les règles comme elles sont

Résolument actuelle, l’initiative fait écho à une poignées d'avancées en publicité, notamment celles de campagnes faisant la promotion de protections hygiéniques.

Kelia Anne - Ordinary Magazine (2019)

En 2017, la campagne Blood Normal de Libresse avait été l'une des premières à faire sensation en déstigmatisant le sang et les règles.

Karolina Wojtas - Ordinary Magazine (2019)

Plus récentes et proches de l’esthétique d’Ordinary Magazine, les films publicitaires Periods are not cools et Viva la Vulva ont aussi enregistré de réels progrès en matière de représentation du corps féminin, ce malgré quelques controverses après leur parution.

Il y a encore un peu de chemin donc, mais tant qu'il y aura des artistes...

Margaux Dussert - Le 9 déc. 2019
premium2
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.