habillage
mockup romans instagram stories
© New York Public Library

En un an, 300 000 personnes ont lu des romans sur Instagram

Le 4 oct. 2019

Lancés il y a un peu plus d’un an, les Insta Novels de la New York Public Library (des romans à lire en story sur Instagram) enregistrent plus de 300 000 lecteurs. Un nouvel usage à surveiller à l'heure où le livre tente de se réinventer. 

« Hacker les stories Instagram au nom de la littérature classique », c’est là le but de la New York Public Library (NYPL) lorsqu’elle lance, en 2018, ses Insta Novels sur la plateforme.

Alice au pays des merveilles (Lewis Carroll), Carol (Patricia Highsmith), La Métamorphose (Franz Kafka) : on retrouve, au format vertical, certains des plus grands classiques littéraires.

L’expérience utilisateur est fluide, la mise en page dynamique et colorée… L’idée ? Inciter les quelques 500 millions d’utilisateurs quotidiens d’Instagram à lire davantage.

300 000 adeptes en un an

Selon le réseau de bibliothèques publiques de la ville, plus de 300 000 internautes (supposément américains en majorité, ndlr) auraient lu des romans de cette manière depuis le lancement de l’initiative – chapeautée par l’agence Mother Design pour la partie graphique.

Taille et police du texte, couleur de fond, animations sur les pages de chaque chapitre, premières de couverture attractives… Alors qu’Instagram est majoritairement plébiscité pour ses contenus « visuels », l’agence a dû mobiliser un certain nombre d’efforts sur le confort de lecture.

« Chaque étape de la conception a été pensée pour rendre l'histoire la plus divertissante, la plus simple à utiliser et la plus naturelle possible dans l'environnement d'Instagram, explique la directrice artistique du projet à Fast Company. La plateforme n’a jamais été utilisée de cette façon et nous n’en sommes qu’au début en matière d’expérimentation. »

Rendre la lecture plus interactive

Outre les liseuses électroniques (Kindle, Kobo…), d’autres alternatives numériques tentent en effet de dessiner l’avenir du livre. C’est le cas d’Un Texte Un Jour, un réseau d’applications délivrant un extrait d’un texte classique, d’un poème ou d’un mot par jour. D’autres encore, comme Émile (Hachette Livre), utilisent la géolocalisation pour associer l’environnement où vous vous trouvez au contenu d’un texte.

Certains sites facilitent aussi la lecture sur ordinateur et proposent des abonnements façon « plateformes de streaming ». Sur Koober par exemple, on peut lire un livre par jour en 20 minutes moyennant 8 euros par mois. « Lire » est un bien grand mot puisque l’offre ne propose qu’un condensé des idées phares de chaque ouvrage. On y parle notamment start-up, bien-être en entreprise et clés de succès.

Finalement, le numérique ne nous a pas complètement détournés de la lecture. Mieux, il pourrait nous aider à y reprendre goût... en réinventant la forme. Nous sommes encore loin de scroller sur du Shakespeare : le format est snack le plus souvent. Du moins, pour le moment.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Intéressant comme article. Mais à noter que Koober a été attaqué par une maison d'édition car aucune demande d'autorisation n'a été demandé aux éditeurs pour résumé les ouvrages (rappelons que l'appli vend ces résumés).
    On peut aussi rajouter l'appli Ovni qui propose des extraits d'oeuvres et de créations artistiques