Pascal prud versus Lilia Hassaine

L’émission Quotidien prise en flagrant délit de malhonnêteté intellectuelle

© TF1/CNews

Dans le sillage des incidents du Stade de France, les émissions de télé L’heure des pros et Quotidien règlent leurs comptes.

C’est l’histoire d’une polémique à l’intérieur de la polémique mais qui illustre le rôle des médias dans l’exagération des clashs sociétaux, et leur manque de rigueur. Depuis le 30 mai, le torchon brûle entre le présentateur de L’heure des pros, Pascal Praud et la journaliste de l’émission Quotidien, Lilia Hassaine. La cause de cette brouille ? Un extrait vidéo coupé et remonté mis en exergue dans l’émission Quotidien qui donne l’impression que Pascal Praud se livre à une sortie de piste raciste. En réponse, ce dernier accuse, une fois de plus, l'émission menée par Yann Barthès de malhonnêteté intellectuelle. Qu’en est-il vraiment ?

Contexte ?

Le samedi 28 mai dernier, la finale de la Ligue des Champions se déroulant au Stade de France provoque de nombreux heurts entre des supporters britanniques bloqués devant des grilles closes et la police chargée d’assurer la sécurité de l'évènement. Vente massive de faux tickets, violence supposée de la part de bandes de jeunes ou de hooligans… Les raisons de ce fiasco, avancées par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le préfet de police Didier Lallement, sont nombreuses et pas forcement toutes bien étayées. L’idée est surtout de couvrir les nombreuses images montrant la police gazant des familles et des supporters ayant fait le déplacement.

Sur le plateau de CNews, on se régale

Pour les médias, le sujet est croustillant. Les extraits vidéos sont nombreux, les scènes chaotiques et les explications cafouilleuses du gouvernement donnent du grain à moudre aux émissions de plateau qui passent des heures à commenter ce genre d’affaires. Sur RTL, CNews ou France 3, plusieurs invités comme Marine Le Pen ou Élisabeth Lévy évoquent la présence de « voyous » ou de « racailles » venues de Seine-Saint-Denis, comme le point de départ des heurts avec la police. Pour illustrer ce traitement médiatique, la journaliste Lilia Hassaine réalise un montage courant chez Quotidien, comprenant des extraits très courts composés de phrases chocs. Dans ce « best of racisme à la télé » , l'extrait d’une tirade de Pascal Praud qui déclarait : « s’il n’y a pas Karim Benzema, ils ne sont pas là » , en évoquant ces fameux jeunes de banlieue. Cet extrait d’une quinzaine de secondes donne l’impression que Pascal Praud insinue que la présence de Karim Benzema attire un public arabe, une intention qui est par ailleurs soulignée par la journaliste de Quotidien. C’est pourtant une erreur.

Pascal Praud se défend

Comme le fait remarquer la chroniqueuse d'Arrêt sur Images Élodie Safaris dans un thread bien documenté, Pascal Praud n'a pas vraiment dit ça. CNews décide de republier sur les réseaux le fameux passage de Pascal Praud, non tronqué cette fois-ci : « Karim Benzema c’est le futur Ballon d’or, c’est une icône pour ces jeunes [...] Ils (les jeunes) voulaient le voir à juste titre. Ils n’ont pas pensé à inviter 1 000 ou 1 500 jeunes pour aller le voir, c’est aussi ça le problème » . Cette explication sera par ailleurs de nouveau mise en avant par Pascal Praud le soir même. Bien que L’heure des Pros ait été le théâtre d’habituels dérapages racistes, il faut donc souligner que son présentateur a pour cette fois, cherché à expliquer plutôt qu’amalgamer. Or, cette erreur réalisée par la journaliste de Quotidien ne sera jamais reconnue et corrigée à l'antenne.

« Tout est sensible, tout l'monde est sur la défensive »

Ce n’est évidemment pas la première fois que les deux émissions se tirent dessus. Le plateau de Pascal Praud est perçu (souvent à juste titre) comme une tribune ouverte aux opinions racistes tandis que Quotidien est pointée du doigt comme une insupportable machine à donner des leçons manquant parfois de rigueur journalistique. Les deux camps sont persuadés d’être dans leur bon droit, et la nuance n’a pas beaucoup de place pour exister. C’est l’amer constat d'Élodie Safaris à la fin de son thread, après avoir reçu de nombreuses insultes. Accusée de prendre la défense d’une émission télé raciste, la journaliste rappelle que l'honnêteté intellectuelle est devenue « la denrée la plus rare dans cet océan d’invectives et de campiste hystérique » . Le fiasco du Stade de France avait-il besoin de ça ?

commentaires

Participer à la conversation

  1. Anonyme dit :

    Bonjour, je voulais juste dire qu'à force d'avoir des gens du RN toute la journée et sur n'importe quel sujet cnews commence à être une chaîne qui n'est plus intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.