un montage sur une ancienne affiche de propagande sociétique avec Poutine qfaisant un clin d'oeil à la place de lenine

Sur TikTok, des influenceurs russes font circuler la propagande de guerre

© Montage ADN

TikTok est devenue une plateforme centrale pour le pouvoir russe afin de justifier son invasion en Ukraine.

« Nous ne voulons pas installer de nouveaux mémoriaux [dédiés à la guerre du Dombas] et nous ne pouvons pas permettre la mort d’enfants innocents. La Russie veut stopper ce génocide qui dure depuis 8 ans dans le Dombas et faire revenir un ciel de paix au-dessus des têtes de ces enfants. » Ce que vous venez de lire est extrait d’un texte de propagande récité de manière littérale par une dizaine d’influenceurs russophones sur TikTok. Repéré par le compte Magonovaa_, ce dernier a monté dans une seule vidéo l’ensemble des jeunes tiktokeurs reprenant les mêmes éléments de langage avec ce sous-titre : « Les influenceurs ukrainiens n’ont pas besoin d’être payés pour être patriotes ».

Quand les influenceurs assurent la propagande

D’après un article du site atlanticcouncil.org sur les caractéristiques de cette guerre hybride entre l’Ukraine et la Russie, l'opération menée sous le hashtag #давайзамир (#letsgoforpeace) est clairement montée par le pouvoir russe. La répétition des éléments de langage prouve que les influenceurs ont reçu un script qu’ils devaient réciter face caméra. Certains tiktokeurs ont par ailleurs révélé qu’on leur avait proposé de l’argent en échange de posts montrant des symboles de paix et un discours indiquant que la Russie était en Ukraine pour arrêter la guerre plutôt que pour la démarrer.

TikTok, la meilleure plateforme pour la com' de guerre ?

Depuis le début du conflit, TikTok est au centre de cette nouvelle guerre de l’information. Dans un article de l’Institut pour le dialogue stratégique, les médias contrôlés par le pouvoir russe ont inondé la plateforme de propagande depuis plusieurs semaines. La raison de cet investissement est plutôt simple : les audiences sont ici bien plus élevées que sur YouTube. Le compte TikTok de Margarita Simonyan, rédactrice en chef de Russia Today, en est l’exemple le plus parlant. Cette figure pro-Poutine a posté 16 vidéos relatives au conflit la première semaine du conflit, entre le 21 et le 28 février. Ces dernières ont cumulé 13,5 millions de vues alors que les 21 vidéos postées sur YouTube sur la même période n’ont fait que 3,3 millions de vues. Ce type d’opération pourrait toutefois s’arrêter dans les jours qui viennent. TikTok a annoncé dimanche 6 mars qu’elle allait suspendre la possibilité de publier une vidéo sur sa plateforme depuis le sol russe.

Cette décision fait suite à la nouvelle loi russe sur la diffusion d’information qui menace de 15 ans de prison toutes paroles allant contre la doxa de Vladimir Poutine. Sous couvert de protéger les journalistes et les personnes voulant diffuser des informations allant contre la propagande, TikTok va réduire au silence près de 25 millions de comptes.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.