habillage
premium1
premium1
quatre jeunes filles assises à une table de camping qui regardent leur téléphone.
© cglade via Getty

Cinq réseaux sociaux pour ados dont vous n’avez jamais entendu parler

Le 16 oct. 2019

Plato, House party, F3, Hoop, Azar, derrière ces noms étranges se cachent des plateformes sociales d’un nouveau genre qui rendent les ados complètement accros. Suivez le guide.

Alors que les jeunes sont majoritairement sur Snapchat ou TikTok, une multitude de plateformes sociales plus discrètes se partagent un marché toujours plus juteux. Mélangeant des fonctionnalités de gaming ou de live en facecam, ces réseaux nouvelle génération essayent de se faire une place au soleil.

Azar : Chatroulette sur smartphone

Sur le papier, Azar propose aux utilisateurs de se connecter avec des internautes situés dans d’autres pays du monde. Mais le tout se fait bien évidement par chat vidéo et… Oui, voilà vous avez deviné. Il s’agit bien d’une version mobile de Chatroulette, le célèbre site web qui permettait de connecter des inconnus entre eux. Ils pouvaient alors chanter une chanson, vous insulter ou, plus généralement, vous montrer leurs parties génitales. Avec Azar, on retrouve toutes ces expériences sur mobile et même plus encore. En effet, l’appli s’accompagne d’une fonctionnalité à la Tinder permettant de swiper sur des profils d’individus clairement mineurs. Malsain vous avez dit ?

Nombre de téléchargements : 100 millions 

House Party : pour jouer en facecam

Comme pour les autres applications de ce classement, House Party s’inspire d’un concept déjà connu et tente de repousser ce dernier. Dans ce cas précis, il s’agit d’un « Yubo like » qui permet à ses utilisateurs de se connecter en facecam et de participer à quelques jeux comme « Dessiné c’est gagné » ou « Trivial Pursuit » . L’application s’utilise uniquement avec des contacts déjà existants sur le téléphone ou sur d'autres réseaux sociaux comme Snapchat ou Facebook. De quoi occuper les ados le temps d’un weekend pluvieux (mais pas beaucoup plus).

Nombre de téléchargements : 10 millions

F3 : pour passer à la question 

Présenté comme « l’endroit le plus honnête de l’Internet », F3 repose sur un concept plutôt marrant (pour un ado de 14 ans) : poser des questions anonymes et éphémères et y répondre. À mi-chemin entre Snapchat et Instagram pour les fonctionnalités de chat anonyme, la plateforme vous connecte avec vos amis situés sur d’autres réseaux ou bien avec de parfaits inconnus. La plupart des utilisateurs répondent aux questions avec une petite phrase écrite et un selfie ou une vidéo courte. Au bout de 72h, les échanges disparaissent et avec eux, les insultes ou les tentatives de drague maladroites que les ados ont tendance à poster. Car oui, F3 est aussi un lieu de séduction (ou de prédation). Les jeunes filles sont pressées de poster des photos d’elles « en entier » et croulent sous les compliments ou les questions intimes. La plateforme est censée être réservée aux plus de 17 ans. Il est pourtant facile de tricher sur son âge au moment de l’inscription.

Nombre de téléchargements  : 5 millions

Plato : pour passer le temps à la récré

Entièrement basée sur des mini-jeux multijoueurs, la plateforme Plato intègre aussi une fonction de chat et la possibilité d’inviter ses amis présents sur d’autres réseaux sociaux. Le but du jeu ? Créer un groupe de joueurs et monter dans le classement général. La plateforme assure respecter la vie privée de ses utilisateurs et ne demande pas de mail pour se connecter. Sans publicité, l’application repose toutefois sur des micro-transactions pour assurer une base économique. Si les jeunes utilisent la carte bleue des parents pour gagner des points, attention aux mauvaises surprises sur le relevé de compte.

Nombre de téléchargements : 5 millions

Hoop : le « Tinder » de Snapchat

Snapchat est la plateforme sociale préférée des moins de 14 ans. C’est là qu’ils créent leur première expérience en ligne et qu’ils se connectent avec leurs amis. Partant de ce constat, Hoop propose carrément aux pré-ados de se mettre en couple avec une surcouche semblable à Tinder. Enzo et Lola peuvent donc se connecter à Hoop avec leur compte Snapchat et commencer à swiper à droite ou à gauche pour faire des rencontres inattendues et, un jour peut-être, prendre un goûter Yop/Pépito avec l’élu de leur cœur.

Nombre de téléchargements :  100 000 

POUR ALLER PLUS LOIN

> Génération « plumard » : ces jeunes qui préfèrent rester au lit avec un smartphone

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.