habillage
La tristitude, c'est quand tu peux plus sortir de chez toi sans un masque
© RichVintage via Getty images

2020 est vraiment la pire des années selon les données de Twitter

Le 17 nov. 2020

D’après les outils d'analyse émotionnelle de l’Université du Vermont, 2020 est l’année la plus triste jamais enregistrée sur les réseaux.

Entre le confinement qui casse tous nos plans, les réunions Zoom interminables et l’angoisse du virus et du terrorisme, on peut dire que 2020 est sans doute l’une des pire années de ce début de siècle. Cette impression de vivre une annus horribilis est d’ailleurs confirmée sur les réseaux sociaux, d’après l’hedonometer développé par des chercheurs du Computational Story Lab de l’Université du Vermont.

Un outil pour mesurer les émotions

Depuis maintenant 12 ans, cet outil analyse les états émotionnels présents sur la partie anglophone de Twitter. Pour quantifier les niveaux de joie ou de tristesse, l’hedonometer repère certains mots clés qui sont inscrits dans sa base comme « rire » ou « suicide ». C’est aussi simple que ça, et diablement efficace.

La tristesse à son plus haut niveau

D’après les courbes de l’hedonometer, 2020 est une année record en termes d’expression de la tristesse. Cette dernière a d’ailleurs connu un pic sans précédent le 31 mai 2020. Ce jour correspond à la marche contre les violences policières, menée aux États-Unis après la mort de George Floyd. Quelques jours plus tôt, l’hedonometer avait déjà connu un premier record de tristesse avec la déclaration officielle de l’état de pandémie.

Demain ça ira mieux ?

De manière globale, la courbe qui s’étale de 2009 à nos jours montre à quel point ont évolué les cycles émotionnels au cours d’une décennie. Aux États-Unis, on s'aperçoit que la présidence d’Obama a majoritairement été une période heureuse avec un pic record de bonheur lors de la soirée de Noël 2014 et une hausse générale due à l’adoption du mariage gay l’année suivante. De son côté la présidence Trump est marquée par des résultats plus contrastés et ayant souvent battu des records de tristesse.

David-Julien Rahmil - Le 17 nov. 2020
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.