habillage
premium1Advertisement
premium1Advertisement
Une mère qui aide sa fille à faire ses devoirs devant l'ordinateur
© August de Richelieu via Pexels

École : quand les parents font du « zoom-bombing »

Le 2 nov. 2020

À l'école, le vrai problème de Zoom, ce ne sont pas les failles de sécurité, mais les parents.

En France, les écoles, collèges et lycées viennent de rouvrir leurs portes malgré le confinement. Mais aux États-Unis, de nombreux établissements sont toujours fermés et font classe à distance. Dans cette école en visioconférence, le principal problème n’est ni le manque d’attention des élèves, ni les soucis de connexion internet, ni les profs qui ne maîtrisent pas le logiciel, mais les parents !

Faire cours aux enfants… et aux parents

Pendant que le monde médical fait face à une pandémie de Covid-19, les profs américains qui enseignent à distance doivent composer avec une épidémie de Zoom-bombing, des interventions intempestives de parents d'élèves pendant les cours en ligne. Lors de la première vague, la ville de New-York avait carrément interdit l’application dans ses écoles pour éviter ces intrusions révélant ainsi les failles de sécurité de Zoom. Mais cette fois-ci, l’appli de vidéoconférence ne peut rien y faire puisque le problème vient des parents.

Dans la classe virtuelle de CM2 de Jenny Rooney à Rancho Palos Verdes en Californie, un quart des enfants suivent désormais les cours avec leurs parents. Dans un article du Wall Street Journal, la professeure raconte avoir été « Zoom-bombée » par des parents d’élèves. « À plusieurs reprises, certains parents se sont mis à intervenir pendant le cours », raconte-t-elle. D’autres interrompent et posent des questions à leurs enfants alors qu’ils suivent leurs cours. Les parents les plus investis se permettent d’envoyer des remarques par SMS aux profs sur le contenu de leur enseignement. Encore plus grave, Jenny Rooney soupçonne certains adultes d’effectuer le travail de ses élèves à leur place. Faire l’école sur Zoom, c’est aussi faire cours aux parents.

Des parents investis de la maternelle jusqu’à l’université

Ce phénomène de zoom-bombing pendant la pandémie révèle une tendance à l’œuvre depuis plusieurs années : le surinvestissement des parents dans l’éducation de leurs enfants. Outre-Atlantique, on les appelle les « parents hélicoptères ». La cause ? Un contexte économique incertain qui fait peser toujours plus de poids sur les études. D’après une étude, depuis 1980, seulement la moitié des enfants gagneront plus d’argent que leurs parents alors qu’ils étaient 80% en 1950.

Le problème, c’est que ces comportements ne s’arrêtent pas après l’école primaire, ni même le lycée. D’après une étude du New York Times, trois-quarts des parents d’enfants à l’université leur rappellent quand ils doivent rendre leur devoir. 8% ont même déjà contacté un professeur d’université à cause des notes de leur enfant. Plus d’un parent sur dix serait même prêt à contacter l’employeur de leur enfant s’il avait un problème au bureau. Entre le retour des jeunes actifs chez leurs parents et la généralisation du télétravail, on fera peut-être bientôt des réunions pros en famille.

Alice Huot - Le 2 nov. 2020
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.