habillage
premium1
Mark Zuckerberg devant des couronnes
© Alessio Jacona - Creative Commons

Facebook est devenu trop gros pour être détrôné, et c'est déprimant

Le 29 mars 2019

À l’occasion de la sortie de son baromètre annuel des médias sociaux, Harris Interactive dresse le bilan de nos usages des réseaux sociaux. Malgré une succession de scandales mal gérés, Facebook reste sur le devant de la scène. Explication.

Facebook est-il devenu trop gros pour se faire détrôner ? On est en droit de se poser la question quand on regarde le baromètre annuel des médias sociaux publié par Harris interactive. Facebook reste la plateforme favorite de 60% des répondants. Juste derrière, on retrouve Messenger, une autre application du groupe, utilisée par 46% des internautes. WhatsApp recueille quant à elle 33 % des suffrages tandis qu’Instagram se trouve en cinquième position avec 26 %

Facebook reste en place, mais évolue vers le « Dark Social »

Malgré le scandale de Cambridge Analytica, les fake news, ou la vente de données personnelles, le réseau social de Mark Zuckerberg continue de prospérer. Ou plutôt son écosystème... Pour Jean-Laurent Bouveret, analyste chez Harris interactive, les utilisateurs sont pourtant très méfiants vis-à-vis de la plateforme. « Depuis deux ou trois ans, les internautes expriment déjà une certaine défiance envers Facebook, explique-t-il. Les gens craignent surtout des fake news et de l’exploitation de leurs données personnelles. Finalement, les scandales viennent confirmer leurs craintes, mais nous n’avons pas remarqué de désabonnement massif. »

Ce qui se passe, c'est que les internautes ont surtout investi d’autres applications du Groupe Facebook garantissant une plus grande sensation du respect de la vie privée. « Facebook reste le premier réseau social de France, mais il ne progresse plus, explique-t-il. Le plus important c’est de voir que Messenger, WhatsApp et Instagram ont gagné énormément d’usagers afin de se hisser dans le top 5. » Pour Harris Interactive, cette tendance porte le nom de « dark social » et montre à quel point les internautes se tournent beaucoup plus vers des applications de messagerie ainsi que vers des groupes de discussions privées comme Discord.

Des médias sociaux plus axés sur le divertissement

Au final seul YouTube, continue de surnager dans le haut du classement (en troisième position) avec 34% d’utilisateurs. Après Instagram, on retrouve Snapchat, Twitter et LinkedIn qui sont, eux aussi, en forte progression, tandis que Skype et Pinterest clôturent le top 10. Ce classement reste toutefois limité puisqu’il prend en compte les choix d’internautes de plus de 15 ans. « En ce qui concerne les millennials (18-34 ans) et la génération Z (les moins de 18 ans), trois autres plateformes sont en nette progression poursuit Jean-Laurent Bouveret. La première est Twitch avec 15% de reach parmi les internautes les plus jeunes. La seconde est Discord, une application de messagerie qui, comme Twitch, est très liée à la pratique des jeux vidéo. Enfin on retrouve TikTok en troisième position. »

La progression de ces plateformes nouvelle génération laisse justement apparaitre une nouvelle tendance. Pour Harris Interactive, les médias sociaux mettent l’accent sur le divertissement. « La plupart des plateformes sont en train de créer leurs contenus vidéo avec des formats bien spécifiques, précise Jean-Laurent Bouveret. On a les stories d’Instagram avec des filtres, les vidéos de Facebook Watch, ou bien encore les challenges sur TikTok. Au-delà de cet aspect, on retrouve aussi le jeu vidéo qui est leader sur Twitch et qui se porte très bien sur YouTube. »

Quelle place pour les marques ?

Les médias sociaux continuent leurs mues, et les internautes sont eux aussi en train de changer de comportement. Pour mieux saisir ces évolutions, Harris Interactive a décidé de catégoriser ces derniers en fonction de leur implication sur les réseaux, mais aussi de leur engagement auprès des marques. On trouve tout d’abord les « Young Addict Fan » ou YAF, qui représente 20% des personnes interrogées. Il s’agit de la tranche la plus connecté de la population avec une présence sur une moyenne de 7 plateformes différentes. Il s’agit de ceux qui suivent massivement les influenceurs, qui commentent ou like le plus les contenus. Juste derrière, on retrouve les « comunic’active », une catégorie majoritairement féminine qui représente aussi 20% des personnes sondées. Très actives sur les médias sociaux, elles ne sont pourtant pas très engagées avec les marques. Présentes sur près de 5 plateformes différentes elles utilisent surtout les applications de messagerie pour rester en contact avec leur proche. 

À l’inverse, les « brands opportunists », sont moins présents sur les différentes plateformes (environ 4,5 applications différentes), mais sont très fortement engagés auprès des marques. Cette population qui représente 28% des internautes est surtout à la recherche de bons plans et de promotions. et on se retrouve surtout sur Pinterest et sur des sites marchants. Les deux dernières catégories comprennent les internautes étant les plus distants avec les médias sociaux. D’un côté nous avons les « Social Ghosts » qui représentent 13% de la population. Ces derniers n’interagissent jamais avec les marques et utilisent en moyenne 3,3 plateformes différentes. De l’autre côté, nous trouvons les « Cold Feet », qui représentent 20% des internautes, notamment ceux âgés de plus de 50 ans. Ils utilisent moins de 3 plateformes et ne font que survoler les contenus sans jamais interagir. Quelle que soit la catégorie, l’étude rappelle que 81 % des internautes sont actifs sur au moins une plateforme sociale. Et ne semblent pas près de les quitter.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.