Gros plan sur la tête d'un jeune homme l'air ennuyé, se colle la main sur la joue

Quel jour on est déjà ? Cette newsletter éphémère vous répond

© Nathan Dumlao via Unsplash

Le quotidien américain The Washington Post expérimente un nouveau format mi-cours en ligne, mi-newsletter, sur sept jours. 

Mais quel jour on est, au fait ? Cette question nous sommes nombreux à nous l’être posée depuis le début de la pandémie. The Washington Post a décidé d’y répondre en créant un format original : une newsletter éphémère baptisée  « What Day Is It ». Chaque jour, pendant une semaine, le journaliste Steven Johnson explique aux lecteurs comment retrouver un semblant de routine, distinguer chaque jour et se reconnecter au temps en testant lui-même les recommandations de psychologues et d’autres experts. Une sorte de cours en ligne de développement personnel à la sauce newsletter. 

Le lecteur peut s’y inscrire quand bon lui semble, et la série de mails commencera à lui être envoyée le lundi suivant. 

Mercredi, tous les jours

La newsletter a été lancée début octobre, et Everdeen Mason, l’une des instigatrices du projet, en fait un premier bilan dans les colonnes de Poynter. Elle raconte la genèse de cette idée. À l’origine, la journaliste travaillait sur un format de newsletter éphémère dédiée à la productivité, plus précisément : comment faire au mieux avec peu de temps. L’initiative, lancée peu avant le début de la pandémie, ne semblait plus pertinente une fois le monde entier entré dans l’ère du confinement et ses journées sans début ni fin. Everdeen Mason a proposé alors un contenu spécifiquement centré sur cette impression  « qu’on est tous les jours mercredi » , bientôt le week-end, mais pas vraiment. 

Des dizaines de milliers d’inscrits

« What Day Is It » serait un succès. Le journal a reçu des dizaines de milliers de demandes d’inscription et les taux d’ouverture sont au-dessus de la moyenne, avance Everdeen Mason. « Même si c’est un sujet conceptuel, les lecteurs aiment le fait d’avoir quelque chose à faire chaque jour et ils apprécient le ton personnel employé par Steven Johnson » , écrit-elle. 

Les « pop up newsletters »  (ou éphémères) font partie des expérimentations éditoriales que met en place un petit groupe de journalistes au Washington Post baptisés  « audience editors » (ou journalistes spécialistes du lectorat). Le but est d’en tirer des leçons pour les journalistes du quotidien et les marques partenaires du média.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.