zelensky

Les deepfakes entrent en guerre : Zelensky annonce la victoire russe

Sur Facebook et YouTube, une vidéo du président ukrainien annonçait qu’il se rendait aux forces russes. On savait qu'on y aurait droit. C'est chose faite : le deepfake s'attaque au terrain de guerre.

Depuis le début du conflit russo-ukrainien, beaucoup d’analystes évoquent une guerre dite  « hybride » , entre la guerre du sol et celle d’ordre  « cyber » . Dans le sens de cette dernière, des hackers ont souhaité aller encore un peu plus loin dans le jeu de la désinformation. Un deepfake a été propagé sur Internet, Facebook, YouTube, Telegram et sur le réseau social russe VKontakte. Si les autorités ukrainiennes n’ont pas tardé à réagir, cette première tentative n’augure rien de bon…

La grande première du deepfake dans un conflit géopolitique

« Moi Zelensky, ordonne que nous nous rendions aux forces russes. » Imaginez l’impact d’un tel discours auprès d’un peuple qui résiste, tant bien que mal, à l’envahisseur. Si la supercherie avait été prise au sérieux, les choses auraient pu clairement dégénérer. Il y a une semaine, la chaîne de télévision Ukraine 24 a vu la page de son site hacké pour que cette fameuse vidéo puisse y être incorporée. Heureusement, l’affaire a été rapidement réglée.

Le président Zelensky lui-même s’est chargé de témoigner en vidéo sur Facebook pour démentir les faits et accuser une « provocation de bas niveau ». Il faut dire que le réalisme de ce deepfake était douteux. Le visage du président s’animait à peine et la voix n’était pas la sienne. Étant donné son niveau d'exposition, tout le monde ou presque a pu faire la différence. De leur côté, Twitter, YouTube et Facebook ont tous retiré la vidéo.

Qui se cache derrière ce mauvais coup ? Les observateurs n‘ont pas réussi à remonter jusqu’aux auteurs. Beaucoup n’ont pas manqué d’exprimer leurs craintes sur la pratique qui, à plusieurs échelles, peut provoquer un désordre politique absolument dévastateur. Dans le cas précis, instrumentaliser l’image bien connue de Zelensky de façon assez grossière avait peu de chance de tout faire basculer. Mais s’il advenait qu’un deepfake d’un bureaucrate moins en vue soit utilisé, cela pourrait tromper davantage. La guerre de l'information n'a jamais été aussi dure, et on comprend qu'elle ne fait que commencer.

Source : Wired

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.