sigle voiture électrique

Le marché de la voiture électrique s'emballe, mais risque déjà de décrocher

© Michael Marais

La demande en véhicules électriques bat des records partout dans le monde. L’année 2022 sera électrique, pour le meilleur… et pour le pire.

89 % : c’est l’augmentation du nombre de véhicules électriques vendus aux États-Unis entre 2020 et 2021. Les automobilistes américains sont de plus en plus nombreux à se jeter sur l’électrique : d’après un sondage paru début mai, deux tiers d’entre eux ont l’intention de passer à l’électrique dans les années à venir. L’engouement est tel que les entreprises elles-mêmes sont prises de court. Le nouveau F-150 Lightning de Ford, version électrique du pick-up le plus populaire du pays, est attendu de pied ferme cette année. Les précommandes ont même dépassé les estimations du constructeur, qui a dû augmenter ses capacités de production.

La voiture électrique : une tendance mondiale

L’Europe n’est pas en reste. Une étude parue début mai révèle que sur les trois premiers mois de 2022, il s’est vendu 546 000 voitures électriques et hybrides rechargeables en Europe de l’Ouest. Cela représente 22 % des ventes totales de voitures neuves, un record.

Dans les pays nordiques, la vague électrique est impressionnante. En Norvège, presque 90 % des voitures en circulation fonctionnent avec une batterie, avec un objectif d’abandon total du moteur à explosion d’ici 2025.

Mais c’est sans aucun doute la Chine qui remporte la palme à l'échelle internationale. Son marché est le plus dynamique au monde, et contribue pour une large part à ce chiffre impressionnant : la croissance du marché des véhicules électrifiés devrait doubler en 2022.

Chaînes d'approvisionnement sous haute tension

Mais la vraie difficulté du marché de la voiture électrique, c'est qu'il va falloir que l’offre suive la demande. Or, en cette période de crise généralisée, ce ne sera pas facile. Les puces électroniques manquent cruellement depuis les confinements de 2020, et le secteur automobile ne voit pas le bout de cette pénurie. Il faut s'attendre à des tensions majeures sur les chaînes d'approvisionnement cette année encore. Quant au lithium, produit star des batteries de voitures électriques, il est disponible en quantités limitées et difficile à extraire. En raison de l’explosion de la demande de véhicules électriques, un déficit d’approvisionnement de plus de 500 000 tonnes est prévu d’ici 2030.

Ces difficultés de production risquent de freiner la croissance du marché pendant encore quelques mois. Mais sur le long terme, l’engouement pour l’électrique semble parti pour durer.

Bonne nouvelle ?

En plus de ces difficultés d’approvisionnement, certains opposent encore une résistance au déploiement massif de l’électrique. Car comme souvent avec les innovations « vertes » , les vertus de la révolution électrique sont à prendre avec des pincettes.

Le journaliste Guillaume Pitron, qui a fait de la pollution numérique son cheval de bataille, rappelle qu’à ce jour, la voiture électrique n’est pas exactement un véhicule propre. L’extraction des métaux nécessaires à la construction des batteries (lithium mais aussi nickel, cobalt ou graphite) se fait dans des conditions sociales et écologiques désastreuses à l’autre bout de la planète. Sans compter qu'à l'échelle mondiale, l’électricité consommée par la voiture électrique provient à 40 % du charbon, une énergie qui émet beaucoup de CO2. Un rapport de 2016 de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) reconnaissait ainsi que « sur l’ensemble de son cycle de vie, la consommation énergétique d’un véhicule électrique est globalement proche de celle d’un véhicule diesel » . Oups.

Heureusement, depuis 2016, on a fait des progrès. Des procédés de recyclage du lithium sont à l’étude, l’objectif étant d’assurer un recyclage circulaire d’un maximum de composants des batteries. Pour Guillaume Pitron, c’est à cette condition que la folle croissance du véhicule électrique prendra son sens.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.