Arnault, Kardashian, Musk

Flight tracking : amateurs de jets privés, les écolos vous surveillent

© Montage avec capture flightradar24 et PNGEgg

Jean Castex, Elon Musk, Bernard Arnault ou Kim Kardashian… Grâce aux informations en open source, les militants écolos tracent les jets privés pour sensibiliser à la pollution aérienne et critiquer l'impunité dont bénéficient les élites.

9 minutes de trajet, en jet privé : c’est l'une des dernières lubies d’Elon Musk, qui a pris son avion personnel pour aller de San Jose à San Francisco le 7 mai dernier. Un déplacement qui aurait pu être effectué en… 52 minutes de voiture. Il y a quelques années, un tel vol serait passé inaperçu tant cette pratique est courante dans le monde des affaires, et plus encore dans celui de la Silicon Valley. Sauf qu’à l’heure où les sécheresses se multiplient à travers le monde et où le GIEC nous annonce qu’il nous reste trois ans pour rectifier le tir, ça ne passe plus. L’aviation fait partie des secteurs d'activité les plus polluants, et les vols privés sur de courtes distances sont facilement substituables par des trajets en train et en voiture. Bref, Elon Musk n'a pas d'excuse, et son trajet de neuf minutes suscite un tollé.

Mais le milliardaire sud-africain n'est pas le seul à se faire pister. En France, le vol de Jean Castex de Paris à Prades (Pyrénées) pour aller voter aux présidentielles n’est pas passé inaperçu non plus. Une pétition a même été lancée pour exiger qu’il utilise un autre moyen de transport au second tour… Ce qui ne l'a pas empêché de reprendre l'avion, cette fois sur une ligne commerciale. Qu’il s’agisse d’hommes d’affaires, d'acteurs ou de politiciens, les vols privés des élites sont plus que jamais dans le collimateur des militants écolos. Et pour cause : ils représentent 4 % des émissions dues à l’aviation dans le monde.

Quand l’open source devient militant

Le flight tracking est une pratique bien connue dans le monde de l’open source. Les flight trackers utilisent les données de l'aviation en accès libre sur Internet à des fins scientifiques ou politiques. En gros, le site que vous utilisez pour savoir si le vol de votre nièce arrivera avec du retard sert aussi à des enquêteurs qui traquent des oligarques russes ou des dictateurs.

Avant d'être écolo, le flight tracking est un hobby de geek ou de fan d'aviation. Le plus grand tracker d’avions, Jack Sweeney, a commencé à suivre les avions d’Elon Musk « pour passer le temps » . Étudiant de 19 ans passionné d'industrie aéronautique, ce jeune admirateur d’Elon Musk a ouvert en juin 2020 le compte Twitter @ElonJet, sur lequel il publie en temps réel tous les déplacements du milliardaire. C'est lui qui a révélé le vol de 9 minutes du 7 mai dernier. Avec 475 000 abonnés, @ElonJet a fini par déranger Musk, au point que celui-ci a proposé 5 000 dollars à Sweeney pour qu'il cesse ses activités de tracking. En vain. L’intention de Sweeney n'a jamais été d'avertir les utilisateurs sur l'urgence écologique : pour cet ado fraîchement débarqué à l’université, il s’agit surtout de se faire un nom dans l’industrie de l’aviation, pour obtenir le job de ses rêves.

Mais le travail de Jack Sweeney a rapidement été relayé et imité par des écologistes. En France a été lancé le mois dernier le compte Instagram @laviondebernard, qui publie les informations de vol du jet privé du milliardaire Bernard Arnault. En quelques semaines d’existence, @laviondebernard a déjà rassemblé près de 50 000 abonnés. Aucun commentaire sous les images des vols : l’objectif est simplement de rendre visible la situation, pour laisser les internautes se faire leur idée. Le compte publie chaque mois un récapitulatif du CO2 rejeté par le jet de Bernard Arnault. Le résultat de mai est parlant : 176 tonnes de CO2, soit 1 000 fois ce qu’une personne peut émettre mensuellement si elle veut tenir les Accords de Paris.

Le nombre de jets privés va doubler dans la prochaine décennie

Pourquoi les militants écolos font-ils une fixette sur les jets privés ? Parce qu’en matière d’aviation, 1 % de la population est responsable de la moitié des émissions de la planète. Footballeurs, influenceurs, hommes d’affaires… Au-delà de l’élite-bashing, les militants écolos critiquent l'impunité dont bénéficient les vols d'affaires. Un vol privé émet environ cinq fois plus de CO2 par passager qu’un vol commercial, rappelle Le Monde. Et quarante pour cent des vols privés se font à vide, pour rentrer à l’aéroport de base ou aller chercher le passager…

Si le militantisme écolo anti-jet privé s’accélère ces derniers mois, c’est aussi que les vols privés eux-mêmes ont explosé. 3,3 millions de vols ont été effectué par les jets d’affaires dans le monde entier en 2021. C’est un nombre record sur une année, et cela représente 7 % de plus que le précédent point culminant, en 2019. On s’attend à voir doubler le nombre de jets privés dans la décennie 2020-2030… Les flight trackers ont de beaux jours devant eux.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.