premium2
Une capture d'écran de Topia, un service qui permet de virtualiser les bureaux

Salle de réu, machine à café, et même pipi-room : bientôt, on construira son bureau comme dans les Sims

Le 24 févr. 2021

Devenir une alternative plus sociable à Zoom : c’est l’ambition de Topia, une application qui peut virtualiser à peu près n’importe quoi. 

En juin dernier, Topia, une application créée par deux anciens « burners » (nom donné aux festivaliers de Burning Man, ndlr), se voit offrir une opportunité en or : recréer en numérique l’expérience du festival. Les équipes n’hésitent pas, et proposent une sorte de carte géante où les participants et participantes peuvent se balader dans le désert, assister à des concerts, planter leurs tentes, et parler aux autres personnes présentes. Au total, 16 000 individus ont pu profiter de l’expérience. Mais plutôt que de se contenter d’organiser des événements ponctuels, Topia veut s’attaquer à un domaine de plus en plus important de notre vie : le télétravail.

Les Sims au bureau

Plutôt que de se parler sur Slack et de se voir sur Zoom, Topia propose de gamifier complètement le bureau. Façon « Sims », il est possible de créer un espace de travail personnalisé ou de choisir parmi ceux qui sont déjà dispos « en kit ». Plusieurs formules permettent en suite de répondre aux besoins rencontrés. L’option gratuite peut accueillir jusqu’à 25 personnes et limite certains aspects de personnalisation. La version « Community » coûte 9$ par mois et permet une personnalisation illimitée. Enfin, une version à 2$ par personne et par jour est plus adaptée aux événements devant accueillir une plus large population.

RDV à la machine à café plutôt que par Slack interposé

Dans ces nouveaux espaces virtuels, il est tout à fait possible de représenter le bureau tel qu’on le connaît – avec ses espaces de travail, et ses espaces de détente. Il suffit ainsi d’aller retrouver un collègue positionné près de la machine à café pour que les caméras et micros des internautes s’activent. Il est alors possible d’avoir une discussion spontanée – du moins, plus que lorsque l’on envoie une invitation Zoom.

Ma collègue Margaux et moi-même, papotant dans notre bureau Topia

Le futur bureau est un jeu vidéo

Topia n’est pas la seule entreprise à proposer ce type de service. En janvier 2021, le Wall Street Journal s’interrogeait : les jeux vidéo incarnent-ils le futur du télétravail ? Le journaliste Christopher Mims avait ainsi été invité à découvrir les locaux de l’entreprise IDE, hébergés sur les serveurs de Gather, une plateforme qui permet de construire des bureaux un peu folklos. Sur la plage, dans un château… les travailleurs et travailleuses échangent dans une esthétique qui reprend les codes des jeux vidéo des années 90.

Autre succès : Teamflow, qui promet de recréer « l’esprit d’équipe » que la pandémie a éradiqué, et qui vient de lever 3,9 millions de dollars. La solution a déjà séduit Apple, Reddit ou encore Uber.

Teamflow

On aurait tort de considérer ces initiatives comme de simples gadgets : le WSJ rapporte que les études soulignent qu’il est plus intuitif pour nous de nous « déplacer » et d’échanger dans des espaces virtuels qu’en cliquant sur un nom figurant au sein d’une liste.

Bien sûr, il s’agit de définir des règles claires au sein de ces nouveaux espaces. Par exemple, lorsqu’un avatar est assis à son bureau et que sa caméra est désactivée, il n’est peut-être pas utile d’aller le déranger. Le WSJ note qu’avec certaines solutions, il est même possible d’installer des toilettes virtuelles. Là encore, on évitera d’aller squatter la pause-pipi du patron pour lui demander une augmentation…

Mélanie Roosen - Le 24 févr. 2021
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.