habillage
Des mains qui façonnent une poterie
© artisteer via GettyImages

Le job crafting va-t-il faire la peau aux fameuses fiches de poste ?

Le 12 oct. 2020

Même sans être son propre boss, on peut se tailler un job sur mesure. Et il parait que tout le monde y gagne !

Hé oui, encore un mot en -ing : apparement, job crafting sonnait mieux que « façonnage de poste ». Derrière ce néologisme doublé d’un anglicisme se cache une nouvelle façon d’appréhender le travail et le rôle de chacun dans une entreprise.

Bye bye la fiche de poste

Depuis quelques années, on parle de talents ou de collaborateurs – pour éviter les quasi-vulgaires « employés » et « salariés ». Le job crafting entend bien redonner leur vrai sens à ces mots. Ce principe de management consiste à laisser chaque salarié modeler son poste et ses missions selon ses forces, ses envies et sa motivation. On s’intéresse donc aux talents de chacun en essayant de les mettre à profit pour la mission de l’entreprise. Pour les RH, cela implique de parler de « personne à intégrer » plutôt que de « poste à pourvoir » résume Les Echos.

Renversement de perspective : on ne part pas des besoins de l’entreprise, mais des forces de ceux qui la constituent. Le rôle des managers devient donc d’aiguiller les collaborateurs dans la définition de leurs missions en accord avec les problématiques de l’entreprise. Pas question donc que Christine de la compta devienne soudainement le Chief Meme Officer de la boîte.

Une réponse à la fameuse quête de sens

Le terme « job crafting » commence à faire parler de lui en France mais le concept n’est pas nouveau. À l’Université du Michigan, les chercheurs de la Ross School of Business planchent sur le sujet depuis près de deux décennies. Mais cette méthode de management répond à un enjeu très actuel : la fameuse quête de sens au travail. Spécialiste du sujet, Jane Dutton explique qu’il existe trois niveaux de job crafting – les missions, les relations et le cognitif – pour permettre à chacun de trouver du sens à son activité professionnelle. Et donc de s'épanouir au bureauD’après Joost Minnaar et Pim de Morree, auteurs de Corporate Rebels, la méthode fonctionne et les entreprises qui la pratiquent peuvent même se targuer d’un meilleur engagement et épanouissement des salariés.

Alice Huot - Le 12 oct. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Le job crafting n'est pas exactement une technique de management, selon Amy Wrzesniewski, Justin Berg et Jand Dutton qui l’ont conceptualisé à partir de leurs observations, le job crafting est
    « Ce que les employés font pour façonner leur travail et qui génère satisfaction, résilience et épanouissement ». A leur initiative et souvent même à l'insu du management. Le modéliser pour en faire une technique de management, c'est prendre le risque d'en réduire le pouvoir d'innovation et de le limiter à quelques plages de flexibilité. Le management devrait surtout s'y intéresser en l'encourageant:)