premium1
premium1
Des bouteilles de Coca-Cola devant des feuilles de cannabis

Coca-Cola se met à la marijuana pour le « bien-être » des consommateurs. Est-ce qu’on y croit ?

Le 18 sept. 2018

Le business du cannabis fleurit, y compris dans les pays où l’usage n’est pas légalisé. Tout le monde vante les vertus du CBD : réduction du stress, soulagement des douleurs, regain d’énergie… C’est magique ! Et Coca-Cola voudrait bien sa part du gâteau.

La nouvelle a fait le tour du web : Coca-Cola se pencherait sur la possibilité de lancer une boisson au CBD. Le CBD – ou cannabidiol – a le vent en poupe en ce moment. Dénué des effets psychotropes de la marijuana, il en conserve certains « bienfaits ». Déstressant, énergisant, soulageant… En huile, en pommade, en tisane, en bonbons ou en savon, il rencontre un succès fou. Alors pourquoi pas en soda ?

Lire aussi Cannabis en box

Des boissons « bien-être »

Kent Landers, Vice-Président communication chez Coca-Cola, a ainsi confirmé à Bloomberg que l’entreprise étudiait la croissance du marché du CBD. Selon lui, il pourrait être intéressant de l’utiliser comme ingrédient pour « des boissons bien-être ».

Les équipes auraient même déjà un producteur tout désigné : Aurora Cannabis, une société spécialisée. Aucune confirmation de la part des officiels de Coca-Cola de ce côté-là, mais une possibilité évoquée par BNN Bloomberg. Une aubaine pour Aurora, dont la côte a bondi depuis cette annonce. 

Les drogues au-delà de l’usage récréatif

Le marché des psychotropes et leurs dérivés est en plein essor, notamment aux Etats-Unis où les travaux scientifiques se multiplient sur le sujet. Dans son livre How to Change Your Mind, le journaliste militant Michael Pollan rappelle que les effets des drogues dépendent souvent de l’usage que l’on en fait. En-dehors des usages récréatifs – qui sont les plus connus – certains s’essayent au micro-dosage pour booster leur créativité, d’autres proposent des dérivés capables de traiter la dépression, ou de relaxer sans provoquer d’effets non désirés.

Ces pratiques sont parfois réservées à une petite élite de la Silicon Valley, mais quelques produits « grand public » investissent le créneau, en détournant les obstacles que cela peut représenter.

Ainsi, il serait risqué pour Coca-Cola de proposer un produit au cannabis. La cible principale de Coca-Cola, ce sont les enfants – et par extension les parents, qui pourraient voir d’un mauvais œil l’empire du soda s’intéresser aux drogues. C’est pourquoi l’entreprise précise que ses recherches ne portent que sur le cannabidiol. Isolé, il ne procure pas les mêmes effets que le cannabis lorsqu’il est fumé, par exemple.

« Bullshit publicitaire »

La démarche n’en reste pas moins étonnante. Voir Coca-Cola se placer sur le marché des « boissons bien-être », ça peut faire grincer des dents ses opposants. La marque avait d’ailleurs déjà dû essuyer des critiques lors de l’annonce du lancement en France de sa marque d’eau, « Smartwater », une eau « au goût doux et équilibré, inspirée des nuages ». Présentée comme une eau innovante, pure et pleine d’électrolytes,  elle avait fait réagir sur les réseaux.

Plus récemment, la marque était dans la ligne de mire de Cash Investigation. L’émission a enquêté sur les coulisses de Coca-Cola et notamment sur le poids coupable de sa consommation de plastique - et les failles de sa politique de recyclage.

Et la défense des officiels interrogés sur le sujet n’a pas vraiment convaincu les internautes.

Alors, ce goût marijuana a du mal à rendre crédible un discours qui s’articule autour du « bien-être »… et les consommateurs pourraient même y voir une bonne politique d'enfumage. 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.