habillage
actu_24563_vignette

Cannabis en box

Le 22 janv. 2015

Les abonnements mensuels ont le vent en poupe. Découvrez Marvina, le dernier en date. Passez commande, et recevez votre dose de cannabis pour 95$ par mois !

Aujourd’hui, tout peut s’acheter sur internet : des collants au vin, en passant par les recettes régionales, les box fleurissent. L’idée du jour nous vient d’Outre-Atlantique, et ravira les amateurs de cannabis… pour peu qu’ils aient l’occasion de vivre à San Francisco, et qu'ils justifient une consommation strictement médicale.

En effet, la City by the Bay légalise la consommation thérapeutique de cannabis. Dane Pieri, entrepreneur et fils d’entrepreneur, a choisi d’investir le créneau. Avec Marvina vous pouvez recevoir un échantillon de plusieurs variétés de cannabis directement dans votre boîte aux lettres, et ce à partir de 95$ par mois. L’entreprise ne fait pas pousser pas elle-même la drogue : elle fait appel à des producteurs mais aussi à des cliniques pour se fournir et assurer les livraisons.

Marvina n’est pas le premier service à livrer du cannabis à domicile. Nurse Nancy ou Winterlife Cannabis proposaient déjà des expériences similaires. La nouveauté, c’est un concept lifté et premium. Pour Dane Pieri, Marvina s’apparente à un club d’amateurs de vin : le packaging est élégant et la description des produits est faite avec soin. L’idée est de sortir des habitudes de consommation « stéréotypées » du cannabis, pour s’approcher d’une expérience presque luxueuse. Ce rebranding des usages est jugé phénoménal par certains : les perspectives d’évolution des comportements pourraient bien indiquer un besoin des consommateurs de sortir d’une consommation taboue.

Dane Pieri indique aussi que Marvina est une solution pour tous les patients pour qui se rendre en clinique pose un problème (au niveau pratique ou de la gêne qu’ils peuvent ressentir), et qui, souvent, ne savent pas quoi choisir une fois sur place. Pour faciliter la commande, les consommateurs peuvent ici choisir les effets désirés : réduction de douleur, high cérébral,…

Notons toutefois que si l’idée peut séduire, des préoccupations quant au bon acheminement des commandes apparaissent. Rob Hung, de Consult Canna pense notamment que San Francisco n’a pas la législation nécessaire pour pouvoir éviter les dérives…   

 

Mélanie Roosen - Le 22 janv. 2015
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.