habillage
premium
premium
Une main remplit une boîte de Kusmi Tea
© Ivan Bajic via Getty Images

Seafoodia, Juste Bio, Kusmi Tea... Ces entreprises qui produisent déjà autrement

Le 19 nov. 2019

Pour des modèles de production plus vertueux, on connaît les recettes. Elles ne sont pas si compliquées : stopper certaines pratiques, en réapprendre d’autres, et se donner de nouveaux objectifs. Plus facile à dire qu’à faire ? Oui. Mais pas impossible. Pour Juste Bio, Tony’s Chocolonely et d'autres... ça marche.

1 : « Arrêter de... »

Produire des déchets

Le problème
Nous croulons sous 2,1 milliards de tonnes de déchets rejetés chaque année. Si on ne fait rien pour stopper ce flux, leur quantité devrait croître de 70 % d’ici à 2050 selon la Banque mondiale.

Une solution
Juste Bio, spécialiste français des fruits secs, veut lutter contre ce fléau. À Carpentras, l’entreprise vient de lancer la première usine zéro plastique d’Europe. Les conditionnements produits le seront uniquement en matériaux biodégradables ou en carton. Une stratégie qui mise tout sur le green donc, mais surtout une stratégie gagnante : les revenus de Juste Bio ont été multipliés par 10 en cinq ans.

Dépendre des énergies fossiles

Le problème
L’industrie détient un triste record : elle reste le secteur le plus gourmand en énergie, avec 29 % de la consommation énergétique totale (Source : l’Agence internationale de l’énergie).

Une solution
Le chimiste Arkema a installé en juillet 2019 une centrale solaire géante sur son site de Château-Arnoux-Saint-Auban afin de rendre son usine autonome en énergie.

2 : « Réapprendre à... »

Lutter contre l'obsolescence

Le problème
L’obsolescence programmée existe, et on sait même qui l’a théorisée. En 1932, Bernard London, un agent immobilier new-yorkais, expliquait dans un court essai que programmer l’obsolescence des produits permettrait d’en finir avec la Grande Dépression. Clairement, les solutions d’hier sont les problèmes d’aujourd’hui... et, sous la pression des désastres écologiques, on voit le durable revenir en grâce.

Une solution
Boulanger propose de réparer plus facilement ses appareils. Le spécialiste de l’électroménager fournit à ses clients les maquettes 3D de ses pièces de rechange, ainsi qu’un réseau d’imprimantes 3D.

Produire local

Le problème
La délocalisation est née au tout début de l’ère industrielle, sous l’impulsion d’Henry Ford himself. Mais entre réduire les coûts et alléger son bilan carbone... il ne faut plus forcément choisir. Produire local peut être rentable, et bonne nouvelle, en 2017 et 2018, la France a créé plus d’usines qu’elle n’en a fermées. Une première depuis la crise de 2008 !

Une solution
Souvent relocaliser nécessite de passer par la case automatisation pour ne pas faire flamber les coûts de production. C'est notamment ce qu'a fait Kusmi Tea lorsque une partie de sa production marocaine a été rapatriée à Saint-Vigor-d'Ymonville en Normandie.

Respecter les travailleurs

Le problème
En 2013, l’effondrement de l’immeuble du Rana Plaza au Bangladesh a fait 1 135 victimes parmi les ouvriers des ateliers de confection, et a mis un coup de projecteur sur les sinistres pratiques des marques de la fast fashion. En France, la loi dite « Rana Plaza » de 2017 rend les grandes entreprises responsables des conditions de travail de leurs fournisseurs.

Une solution
Le néerlandais Tony’s Chocolonely vend du chocolat garanti sans esclavage. La marque a été lancée en 2007 par des journalistes partis en croisade contre l’industrie du cacao qui exploite des enfants dans les plantations d’Afrique de l’Ouest. Et ça marche ! En dix ans, la société est devenue leader aux Pays-Bas.

3 : « Viser à... »

Préserver les ressources naturelles

Le problème
En juillet 2019, nous avions déjà utilisé les ressources annuelles de la Terre, selon l’ONG Global Footprint… Autrement dit : notre consommation débridée épuise notre Terre à grande vitesse.

Une solution
Seafoodia commercialise des produits de la mer. Mais l’entreprise met un point d’honneur à pêcher durable. Comment ? En commercialisant des poissons peu connus, par exemple, plutôt que de surexploiter les mêmes espèces. Par ailleurs, son dirigeant a créé la fondation Pure Ocean, afin de financer la recherche pour la préservation des espèces marines.

Améliorer le bien-être animal

Le problème
Les vidéos insoutenables de L214 ont participé à l’éveil des consciences. Si les véganes et végétariens peinent à dépasser les 3 % de la population française, selon différents sondages, déjà près de 40 % des consommateurs se disent flexitariens, c’est-à-dire qu’ils ont déjà réduit leur consommation de viande.

Une solution
En 2016, des vidéos de L214 ont dénoncé les conditions d’abattage dans le Limousin. Depuis, les éleveurs se sont mobilisés et ont réussi à financer des abattoirs en partie grâce au financement participatif. Ils prévoient des dispositifs sonores et olfactifs pour diminuer le stress des bêtes, une formation des bouchers à la bienveillance et de nouveaux boxes d’étourdissement.

Régénérer

Le problème
Réduire son impact écologique, ce n’est pas rien. Viser le zéro est compliqué. Mais certains en sont déjà plus loin. Ils régénèrent carrément les ressources. Le concept est porté par d’éminents experts – dont ceux du Club de Rome – et appliqué par une poignée de brillants industriels.

Une solution
Le fabricant de dalles de moquette Interface fait de l’inversion du changement climatique son seul axe stratégique. L’entreprise américaine – qui génère plus d’1 milliard de dollars de chiffre d’affaires, tout de même – s’était engagée en 1994 au zéro impact sur l’environnement. Vingt-cinq ans après, défi relevé et le groupe va encore plus loin avec son programme Climate Take Back : son but est d'avoir un impact positif sur l'environnement. Elle veut notamment réabsorber du CO2 en l’utilisant pour fabriquer des produits. Amateurs de disruption... vous voilà bien servis !

Cet article est paru dans la revue 20 de L'ADN consacrée aux mutants du green. Pour vous procurer ce numéro, il suffit de cliquer ici.

Marine Protais - Le 19 nov. 2019
À lire aussi
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.