Homme de dos avec une sacoche dans la main

Klarna annonce son plan de licenciement dans un message vidéo

© Go to Marten Bjork's profile Avatar of user Marten Bjork Marten Bjork @martenbjork Marten Bjork - unsplash

Klarna, service suédois de paiement fractionné, vient d’annoncer à ses employés le licenciement de 10 % de ses effectifs, soit environ 700 personnes. Comment ? Via un message vidéo préenregistré.

Au plus fort de la pandémie, les entreprises permettant d’étaler les paiements tels que Klarna, Affirm ou Afterpay ont explosé. Depuis, la conjoncture économique s’étant dégradée, certaines d’entre elles ont vu leur activité ralentir, entraînant des plans de licenciement. C’est le cas de Klarna qui par l’intermédiaire de son PDG, Sebastian Siemiatkowski, a annoncé la nouvelle à ses employés dans un message vidéo préenregistré. Dans cet enregistrement le PDG invoque « le déroulement de la guerre en Ukraine, un changement dans le sentiment des consommateurs, une forte augmentation de l'inflation, un marché boursier très volatil et une récession probable » pour motiver sa décision.

Selon le Wall Street Journal cette décision intervient alors que Klarna chercherait à boucler un nouveau cycle de financement qui valoriserait l'entreprise à 30 milliards de dollars, soit environ un tiers de moins que les 46 milliards de dollars auxquels elle était évaluée il y a près d'un an.

Le marché du paiement fractionné dans la tourmente

Selon les experts cette dégradation devrait se poursuivre. En effet, bien que les demandes de paiements fractionnés aient significativement augmenté pendant la pandémie, le manque de fiabilité de ses clients dans une économie volatile expliquerait en partie les difficultés rencontrées. Un rapport récent de Sfgate révèle qu'environ 73 % de ses clients sont considérés comme faisant partie de la génération Z (personnes nées entre 1997 et 2012), et environ 43 % d'entre eux déclarent avoir manqué au moins un paiement. De son côté, un rapport de Fox Business indique qu'environ 30 % des clients de BNPL rencontrent des difficultés à rembourser ce qu'ils doivent, l'état actuel de l'inflation n'aidant pas.

Notons que le ralentissement économique impacte d'autres entreprises technologiques, dont Meta, Apple et Snapchat qui revoient leurs prévisions à la baisse. Netflix de son côté a déjà licencié plus de 150 travailleurs. Le service rival de BNPL, Affirm, a également connu une baisse similaire, le cours de son action ayant chuté de 75 % cette année.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.