1. Accueil
  2. Nouveaux usages
  3. Études
  4. Tendances : à quoi ressemblera la mode féminine ?

Tendances : à quoi ressemblera la mode féminine ?

Tendances : à quoi ressemblera la mode féminine ?
Introduction
Contestation, excentricité, futurisme, esprit aventurier… PeclersParis dévoile les quatre tendances transversales qui feront la mode féminine de demain. Focus sur la saison Automne/Hiver 2018-2019.

Après nous avoir dévoilé les grandes tendances macro-dynamiques à suivre en 2017, PeclersParis, cabinet de tendance, de style et d’innovation, nous dévoile les « archéstyles » qui feront la mode féminine de demain. Pour la saison Automne/Hiver 2018-2019, l’agence confirme « une prise de pouvoir de la féminité » et croque le portrait d’une femme non-conventionnelle, aventurière et excentrique. Plus en détails, voici les quatre lames de fond transversales prédites par Peclers.

Tendance 1 : « Poupée survoltée et précieux brutalisé »

peclers-paris

Dans un contexte politique et économique instable, l’esprit de contestation réapparait et s’inspire des mouvements trash, punk, grunge et alternatif. Le militantisme se fait plus radical et revendique une émancipation de la féminité, sans concession. Les codes traditionnels de la mode sont challengés et se substituent à un vestiaire plus impertinent : les basiques sont troqués pour des pièces aux volumes plus géométriques, le tout dans des matières simples.

« En rose et noir, le vestiaire féminin des girlies est comme taillé au couteau. Associées à des pièces masculines, les soieries sont maltraitées dans un esprit recyclage do-it-yourself : ourlets déchirés, drapés à la va-vite, satins froissés. »

Les pièces classiques font références à la culture des mods et des hooligans (camel, gris souris, navy brutal, aubergine sauvage et vert mauvaise herbe…) ; et le vestiaire street est revisité : denim, flight jacket et mini-jupe en cuir voient leurs volumes rapetisser. Les pièces féminines et fluides sont traitées à la dure et donnent naissance à des soieries froissées et des ourlets « raw-cut ».

Tendance 2 : « Clash de proportions, esprit tapageur et plaisirs régressifs »

« Pour sortir du lot face à la normalité des courants hipster et normcore et pour transformer le quotidien de manière spectaculaire, une nouvelle énergie pop s’impose. »

peclers-paris2

Il s’agit alors de mettre en avant sa singularité, de brouiller les pistes et de cultiver l’excentricité. Se faire plaisir de façon malicieuse et capitaliser sur le fun et le mélange de références pour décoincer les grands classiques.

Le jeu des volumes est amplifié à l’extrême : boîte arrondie, rectangle allongé ramolli et épaules angulaires viennent booster les classiques. Le look pyjama et robe de chambre, ample et relax de la tête aux pieds, s’associe à des textures peluches et des laines poilues en couleurs fun. S’ajoutent des décors graphiques exubérants aux couleurs vibrantes et des pièces street à l’esprit hip-hop.

« La gamme de couleurs se veut optimiste, les vifs intenses et réjouissants se mêlent aux beiges sucres candy et caramels gourmands. Le rose fard domine les tons artificiels de bonbons régressifs et solaires : jaune, vermillon et rose jelly beans, sont structurés par le blanc pur et le graphisme du noir. Mauve muppet, bleu survêt et jaune acide viennent apporter leurs touches perturbatrices. »

Le vestiaire prend une allure moins austère : la doudoune s’allonge, les volants tombent en cascade sur un top flou, les vestons jouent les volumes contraires, très cintrés ou, à l’inverse, boxy. Le pantalon cigarette allie son allure slim à une matière laineuse et épaisse. La robe chemise djellaba est une bonne base pour carreaux, rayures ou prints exubérants.

Tendance 3 : « Beauté glaçante, new eighties, uniforme étrange »

perclers-paris3

Dans un monde mouvant, parfois déshumanisé et guidé par l’utilitarisme, se développe un univers rétro-futuriste robotisé, froid et un peu kitsch.

Un besoin de protection révèle une femme dominante « anti-cute » qui impose un uniforme corporate dramatisé. Proportions, volumes et détails deviennent insolites et inattendus. Une esthétique lisse qui s’inspire des héroïnes de science-fiction et un sexy qui s’affirme sur des volumes massifs et brillants.

 

« Une gamme de couleurs obscure et étrange qui se dégradent du gris jusqu’au noir, éclairée par des tons froids de lumières artificielles où l’ambiguïté inquiétante du violet se décline du mauve néon aux pourpres fumés, vénéneux et bleu dense. »

 

On assiste aussi au renouvellement de l’uniforme working girl : le tailoring revient en version « cropped » ou bien rallongée pour le pardessus d’homme. La parka s’hybride en version robe pour un casualwear au féminin. La laine compacte modernise et précise la micro-veste, le denim se twiste et la robe drapée affirme son allure bien épaulée et strictement fermée.

 

Tendance 4 : « Sexy outdoor, princesse urbaine, surplus soft »

peclers-paris4

Le nomadisme devenu permanent, l’esprit se fait plus inventif et aventureux. La recherche de modes de vie alternatifs entraîne le besoin d’un « outdoor techno » qui protège d’un environnement hostile. En résultent la découverte d’autres cultures et les flux migratoires  qui viennent inspirer une culture du métissage, lequel se fait raffiné et sophistiqué.

« Les bombers se parent de broderies et de décors précieux inspirés de l’Orient (…) La parka et l’imper servent de base pour de nouvelles hybridations (…) L’assertion du noir vient contraster les tons chauds et voluptueux inspirés du voyage : bois exotique, cuir tanné, tapis d’Orient, curcuma, laque de Chine, tandis que l’univers maritime mêle l’écru crémeux des voiles de bateaux à l’orange fluo signalétique des life jackets. »

Conclusion

C’est donc une féminité assumée, hybride et tout-terrain qui sera l’apanage de la mode en 2018-2019.

Ajouter votre commentaire