premium
premium
Un livreur avec un colis sonne à la porte d'une personne.
© FilippoBacci via Getty Images

Accrocher des smartphones dans les arbres : la stratégie des livreurs Amazon pour gagner plus

Le 2 sept. 2020

Des arbres à smartphones sont apparus dans la banlieue de Chicago. Ils servent aux livreurs de la plateforme Amazon Flex à tromper l’algorithme et obtenir plus de courses, explique Bloomberg.

Dans la banlieue de Chicago, des smartphones ont commencé à « fleurir » dans des arbres situés près des entrepôts logistiques Amazon et des magasins Whole Foods (une chaîne de supermarchés appartenant à Amazon). Selon une enquête de Bloomberg, il s’agirait d’une technique des livreurs Amazon pour obtenir plus de courses.

Pour attribuer les courses, l’algorithme d’Amazon Flex (l’application façon Uber sur laquelle les livreurs payés à la tâche d’Amazon se connectent) se réfère en effet à la géolocalisation des livreurs aux alentours. Ceux qui sont les plus proches des entrepôts sont favorisés, afin que la livraison soit la plus rapide possible.

Certains livreurs ont « rétro-ingénierisé » ce système, c’est-à-dire analysé son fonctionnement, et l’ont détourné à leur profit. Plutôt que d'attendre dans les parages des entrepôts, ils suspendent des smartphones aux arbres. Ceux-ci sont ensuite synchronisés avec les smartphones des livreurs et leur permettent de recevoir la commande avant d’autres et de l’accepter le plus vite possible. Bloomberg estime que cette technique serait opérée par un intermédiaire (un individu ou une organisation) qui facture aux livreurs ce service comme un moyen d’obtenir plus de courses.

Signe de la crise économique aux États-Unis

Pour le média américain ce trucage organisé est aussi le signe d’une tension exacerbée sur le marché du travail aux États-Unis depuis la crise du Covid. Travailler sur Amazon Flex était, avant la pandémie, une activité complémentaire. Désormais c’est devenu l’unique source de revenus de nombreux travailleurs. La compétition entre les livreurs s’est donc intensifiée. Toute technique est bonne à prendre pour gagner quelques mètres et obtenir plus de courses.

Amazon n’a pas souhaité répondre aux sollicitations de Bloomberg. Le média a, en revanche, eu accès à un e-mail interne dans lequel Amazon explique enquêter sur le sujet. Plusieurs livreurs non impliqués dans cette opération s’étant plaint d’être défavorisés. Mais la firme n’a rien mis en place pour lutter contre cette pratique.

Des bots Instacart pour accepter une commande le plus vite possible

Ce n’est pas la première fois que des travailleurs précaires de la gig economy tentent de « jouer » avec les règles des plateformes pour tenter de gagner plus. Depuis quelques mois, des acheteurs d’Instacart (une application de livraison de courses très populaire aux États-Unis depuis la pandémie) hackent l’application en utilisant des bots qui acceptent les meilleures commandes dès qu’elles apparaissent. De quoi les accepter le plus vite possible, avant les autres shoppers. Avant cela, certains chauffeurs Uber s’organisaient pour se déconnecter en même temps de l’application pour créer une pénurie du nombre de voitures, et faire grimper le prix des courses, expliquait en 2017 une étude de Warwick Business School.

Marine Protais - Le 2 sept. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.