premium 1
premium1
Dans une BD, un vieil homme s'interroge au sujet de l'intelligence artificielle
© © Éditions Delcourt, 2019 – FibreTigre, Chochois, Zephir

Cette BD va bousculer vos idées reçues sur l’intelligence artificielle

Le 18 juin 2019

À travers l’histoire d’une I.A. candidate à un télé-crochet et star des réseaux, la foisonnante BD Intelligences artificielles, Miroirs de nos vies déconstruit les illusions autour de cette technologie. Et expose ses potentielles retombées positives.

Oh non, encore de l’intelligence artificielle ! Oui, encore, mais rassurez-vous. Le récit proposé par la bande-dessinée Intelligences artificielles, Miroirs de nos vies est rafraîchissant. Les auteurs FibreTigre, Arnold Zephir et l'illustratrice Héloïse Chochois commencent par remettre l’intelligence artificielle à sa place : au rang des modèles mathématiques. Et mettent en scène une vision optimiste de l’I.A., loin des discours alarmistes, même si les craintes qu’elle suscite ne sont pas éludées.  

L’histoire met en scène Yurie, une intelligence artificielle conversationnelle (elle existe aussi en vrai, vous pouvez échanger avec elle via Twitter). Le récit commence sur le plateau d’un show télévisé type The Voice pour les poètes. Yurie parvient  à surprendre les jurés grâce à une prestation mêlant slam et beatbox. Cette candidate un peu spéciale est la création de deux informaticiens-entrepreneurs qui veulent rendre « sympathique » l’intelligence artificielle. En parallèle de Yurie, ils produisent des I.A. pour diverses applications : la traque aux terroristes, l’industrie de la mode, l’édition…

L'IA c'est que des maths

Vite, les deux-entrepreneurs sont dépassés par l’engouement que suscite Yurie, qui devient une star de Twitter grâce à ses propos absurdes. Ils tentent tour à tour de convaincre une journaliste un peu naïve à la recherche d’histoires sensationnalistes (coucou !), une mère endeuillée qui veut ressusciter virtuellement son fils, et d’autres, que l’IA ne pense pas par elle-même, qu'elle ne fait que reproduire nos mots et nos opinions via des formules mathématiques.

Le lecteur en est lui aussi convaincu grâce aux pages explicatives qui entrecoupent le récit. Elles essaient de vulgariser des notions complexes aux noms un peu barbares comme la fonction d’activation, la cross-entropy, la rétropropagation... Certaines pages laissent tout de même perplexes les non-matheux après une lecture attentive. Mais ces apartés ont le mérite de rappeler ce que sont réellement les intelligences artificielles : des outils faits de matrices et de calculs. Et c’est l’une des forces du livre : opposer à la vision anthropomorphique que partagent de nombreux non-spécialistes la définition scientifique et concrète de l’intelligence artificielle.

Grâce à un scénario très riche, la BD s’attaque à beaucoup (trop ?) de thèmes relatifs à l’IA : les biais sexistes, l’éthique, l’amour entre homme et robot, l’impact sur l’emploi, les droits d’auteur, la responsabilité juridique de l’IA, les interrogations philosophiques, la créativité… Mais toutes les questions soulevées restent pertinentes (et mériteraient presque un récit dédié).

Entre Black Mirror et récit pédagogique

Les auteurs oscillent entre différents genres. Tantôt pédagogique avec les pages explicatives évoquées plus haut, tantôt BD documentaire (les scénaristes ont eux-mêmes créé une intelligence artificielle baptisée Yurie, devenue animatrice de podcast), tantôt récit d’anticipation façon Black Mirror. Une partie très réussie relate l’envie de vie éternelle des internautes qui se mettent à poster frénétiquement sur les réseaux sociaux pour espérer avoir une I.A. d’eux-mêmes après leur mort. La projection paraît tout à fait plausible et inquiète autant qu’elle intrigue.

On aurait aimé que les auteurs creusent plus cette partie science-fiction. Mais ce n’est pas leur objectif. Ils préfèrent nous laisser avec un discours très optimiste sur les intelligences artificielles : elle nous libéreront des activités intellectuelles contraignantes et créeront « une société de travail nouvelle, où chaque seconde de notre temps chantera notre liberté », s'emporte l'un des personnages. On aimerait y croire.

Intelligences artificielles, Miroirs de nos vies, de FibreTigre, Héloïse Chochois et Arnold Zephir, éditions Delcourt, 19,99 euros. 

LIRE AUSSI :

> Les livres qu'il ne fallait pas manquer en ce début d'année

> Good Book : 4 livres pour se rebeller contre la tech

> Top des livres tech et business que vous devriez lire

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.